MOPJAD Infos

USA : Rencontre avec la diaspora aux Etats-Unis : Komi Koutché appelle à la résistance pour libérer le Bénin et rend hommage à Yayi et à la jeunesse

                                            Komi Koutché monte le ton d'un cran contre Patrice Talon."Le président Patrice Talon est pris en otage par la mafia qui l’entoure. Aujourd'hui, il est un problème, un problème pour la cohésion sociale et l’unité nationale. Il faut lui résister pour l'aider à sortir de la mafia dans laquelle il est pris en otage. Je suis prêt à le combattre et je le combattrai". Tels sont les propos de l’ancien Ministre d’Etat chargé de l’économie, des finances et des programmes de dénationalisation. Il l’a fait savoir à la faveur d’une rencontre avec les Béninois de l'Amérique du Nord, à Maryland, aux Etats-Unis, ce samedi 8 septembre 2018.

 

Compte rendu. Source : Quotidien "Notre Voix"

 

            Bien sûr, Komi Koutché, "né de parents très pauvres", a travaillé ses dossiers. Il sait qu’il devra répondre sur la gouvernance du Bénin, notamment sur le plan économique et social, sur "les affaires KK", les persécutions contre les opposants, les atteintes aux droits de l’homme et tous les autres dossiers sur lesquels l’opposition béninoise s’élève. Victime d’un acharnement insensé de la part du pouvoir, l’ancien Ministre d’Etat chargé de l’économie, des finances et des programmes de dénationalisation est une bête de télévision et des débats publics. De ce média dominant, il possède la maîtrise des codes et des clés. Il sait en jouer physiquement et dialectiquement. Et surtout, il pratique à merveille l'art de la communication politique. "KK" est l'homme qui met les sous-titres sous les questions des uns et des autres, ce que Patrice Talon n'ose pas faire, qui s'est toujours laissé enfermer dans le rôle de l'accusé face à son juge. "KK", l'homme de la modernité, intelligent et expérimenté, a réglé l'affaire en une phrase : "Le président Talon est possédé, nous devons le délivrer pour sauver notre pays". Entre télé de papa et smartphone des enfants, "KK" a parlé à tout le monde. Cette sortie publique, à l’allure d’un meeting, a été d’ailleurs suivie par les Béninois dans presque toutes les communes du pays. C’était l’événement du week-end. Sur les réseaux sociaux, tout le monde était connecté. Personne n’a voulu rater cette virulente sortie. Et l’homme fort des Collines s’est expliqué sur tous les sujets d’actualité et a convaincu. Il a fait mouche même dans le rang des partisans du pouvoir. Les attentes ont été comblées et il ne peut en être autrement, vu le brillant parcours politique et professionnel du "soleil levant", qui nie à Patrice Talon et à son clan de prédateurs et de mafieux toute légitimité morale à se poser en gardiens du temple de la vertu. Talon pris en otage par une mafia politique "KK" n'a pas fait dans la dentelle pour apprécier la gouvernance de son bourreau : "Quand je regarde la tête de certaines personnes qui ont porté le président Talon au pouvoir, quand je regarde les premiers pas qu’il a posés, la posture qu’il a affichée lors de son discours d’investiture, moi-même personnellement qui suis ici et qui suis prêt à le combattre, je suis confus. Ce que je constate aujourd’hui, c’est qu’il s’est mis dans un engrenage, il rentre dans un otage politique ou je crois qu’il est désormais possédé par une mafia politique qui a retenu notre pays à l’étape où il est aujourd’hui".

 

          Le Ministre d’Etat Komi Koutché n’est pas dans les combats évènementiels. Il s’est toujours inscrit dans les combats d’idées. C’est pourquoi il estime que rien ne l’oppose à Patrice Talon. "Rien ne nous lie et rien ne peut nous lier. Nous ne sommes pas de la même génération. Même s’il faisait 10 mandats de cinq ans, nous n’aurons jamais les mêmes âges. Il est de la génération du soleil couchant et moi je suis de la génération du soleil levant. Je ne sais pas pourquoi il s’acharne sur moi. Je suis l’expression concrète de ce qu’on appelle acharnement. Il ne peut pas être mon adversaire et je ne peux pas être son adversaire. On n’est pas de la même génération, moi je suis occupé à autre chose", a-t-il mis au point, réaffirmant sa détermination à restaurer la démocratie et l’Etat de droit au Bénin, à restaurer l’espoir suscité par l’avènement de Patrice Talon à la tête du Bénin. "S’il y a 65% des Béninois qui l’ont porté au pouvoir, c’est qu’il y avait quand même quelque chose de consistant dans son programme. Nous devons résister pour son bonheur, pour qu’il nous prouve ce qu’il a et qu’il sorte de l’otage dans lequel il est aujourd’hui. C’est le premier sens de mon combat", a-t-il affirmé. Il a dénoncé un "président qui fait non, non, non, non, non..." (un président qui refuse le dialogue et qui fonce tête baissée), à l'image de la majorité des Béninois qui pointent l'absence de main tendue, d’ouverture et de dialogue sincère face à la grogne sociale et politique. Gouvernance catastrophique : "gouvernement incompétent" Sur la gouvernance du Bénin, Komi Koutché constate une catastrophe, un désastre. "Je dois avouer que la conjoncture est difficile. Mais un gouvernement est élu pour apporter des solutions à la conjoncture. Je vois certains honteusement dire que le président Boni Yayi a laissé un grand trou, et c’est pourquoi on est à ce niveau là. Mais c’est honteux. Même si les dix ans du président Boni Yayi avaient été une inondation qui a ravagé tout le Bénin et que depuis trois ans le gouvernement n’est pas capable de donner ne serait ce qu’un début de réponse, c’est que ce gouvernement est incompétent", a-t-il affirmé. "Le président Soglo a hérité d’un Bénin totalement à terre. En quelques années seulement, il avait commencé par donner du sourire aux populations. En Haïti, un simple artiste, un ami d’ailleurs, a pris le pays sorti de la catastrophe que vous avez connu il y a quelques années; il n’a pas fait 6 mois avant de commencer à donner le sourire aux haïtiens. Au Bénin, l’ancien régime auquel nous avions appartenu a laissé un pays uni, libre, épanoui, solidaire et prospère avec une croissance de 5,4% au moins avec des programmes sociaux qui ont eu leurs impacts sur la population. Trois ans après l’arrivée du nouveau régime, on continue de dire que le repas n’est pas encore cuit. Je pense que le président Talon pour la durée de son mandat peut faire quelque chose pour le Bénin. Mais il a besoin de laisser tomber les paisibles populations que nous sommes pour faire son travail", a-t-il martelé. "Quand on parle de croissance économique, je ne vois pas d’où est-ce qu’elle peut venir. Quand les opérateurs économiques nationaux et étrangers sont persécutés, terrorisés, humiliés, vivent dans l’insécurité juridique, ont la peur au ventre, quand la plupart des hommes d’affaires béninois sont obligés d’aller se réfugier au Togo pour sauver leurs affaires, quand le tissu social et économique est détruit, quand aucun investisseur sérieux ne s’intéresse au Bénin, par quelle alchimie la croissance peut-elle arrivée ? La croissance qu’on nous annonce, pour moi, c’est une fausse croissance. Ils n’ont qu’à me démentir en publiant les chiffres. Qu’ils publient les notes de conjoncture et qu’ils nous disent quelle est l’activité économique qui marche aujourd’hui au Bénin et qui sont ceux qui mènent cette activité là", a-t-il précisé.

 

           En ce qui concerne la concession du port de Cotonou, le Ministre d’Etat Komi Koutché estime que "dans le principe, ce n’est pas un problème". Le problème qui se pose, selon lui, c’est l’opacité dans laquelle cela a été fait. "Quel est le diagnostic ? Quelles sont les faiblesses ? Qu’apportent les Belges ? Personne ne connait ce contrat aujourd’hui", a-t-il dénoncé. Hommage au président Boni Yayi L’ancien Ministre d’Etat chargé de l’économie, des finances et des programmes de dénationalisation n’a pas manqué de rendre un vibrant hommage au président Boni Yayi pour tous ses efforts de paix et de développement et surtout pour son humilité. "J’ai une pensée précieuse pour le président Boni Yayi, pour toutes les humiliations subies. En réalité, c’est lui qui est visé. Tous les coups que nous recevons lui sont destinés. Je lui rends hommage parce que quand je vois comment il est humilié depuis son départ du pouvoir, je me pose des questions. On peut tout lui reprocher mais il ne mérite pas cette image, il ne mérité pas ça", a-t-il déploré. Une pensée aux jeunes et aux femmes Dans un discours aux accents lyriques, "KK" a invité les jeunes à "être fiers d'être béninois", à rêver et à voir les choses en grand. "Nous avons la vie devant nous, et cette vie n'appartient qu'à nous, ne laissons personne nous la prendre !", exhorte Komi Koutché, citant pour exemple les jeunes qui se sont engagés dans la résistance lors de la Seconde Guerre mondiale. Les invitant à "inventer un Bénin nouveau", à être "autonomes", "responsables", "libres" et à "s'engager". Le conférencier a saisi cette occasion pour féliciter et encourager les jeunes qui se battent au pays, les mains nues, pour sauver la patrie. "C’est un combat de génération et je le ferai avec mes militants, avec les jeunes, avec les femmes. Dans le pays, il y a des jeunes sur qui on peut compter. Ils font un travail magnifique. Mes pensées vont également à l’endroit des députés de la minorité parlementaire qui font un travail formidable, malgré les persécutions et les humiliations. Nous devons avoir en tête le Bénin, l’intérêt supérieur de la nation. Ensemble, nous pouvons et nous devons relever le défi", a-t-il laissé entendre. "Les affaires KK" Sur les dossiers fabriqués contre lui pour tenter de l’affaiblir politiquement, notamment dans les Collines, le Ministre d’Etat Komi Koutché n’a pas voulu trop parler de lui, estimant que le Bénin est au dessus de sa personne et qu’il préfère évoquer les préoccupations nationales. Toutefois, comme le savent déjà les Béninois, il affirme être victime d’une cabale. Face à la diaspora, l’opposant s’est montré très combatif, rejetant comme une fiction digne d'un scénario de télénovela les accusations saugrenues dont il fait l'objet. Il a déclaré, sans avoir peur de se tromper, que ces accusations concernant les concours frauduleux, la gestion du coton, le vol d’argent à son domicile, la gestion du Fnm et les fonds octroyés à la Cena dans le cadre des élections sont "mensongères, un pur montage". Il s'agit donc d'une attaque injurieuse et infamante à sa dignité personnelle, destinée à détruire son image de marque. "Je suis victime d'une infamie de nature politique. (...)Où sont les preuves concrètes? Elles n'existent pas", a-t-il insisté. "C'est évident qu'il s'agit d'une décision politique. Je suis indigné et je resterai combatif pour le Bénin parce que ce qui se passe est une absurdité", a-t-il affirmé. Très humble, il a félicité l’opposition béninoise pour son combat contre la dictature autocratique de Talon et appelé au grand rassemblement pour sortir le Bénin de sa situation actuelle.

 

 



10/09/2018
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres