MOPJAD Infos

BENIN: LA TRAQUE DES OPPOSANTS CONTINUE

 

                      Patrice Talon, alors candidat à la présidentielle, avait affirmé sur la télévision nationale qu’un président n’a pas besoin d’avoir un bon bilan avant d’être réélu. Il révélait qu’il lui suffit tout simplement de savoir tenir les grands électeurs, les médias, la société civile, les députés, les maires, les élus locaux, municipaux et communaux et surtout de savoir empêcher la compétition électorale. C’est-à-dire détruire tout potentiel candidat. La traque des opposants a lors commencé dès son arrivée au pouvoir avec le lancement de l’opération escargot qui consiste à coller un dossier à chaque opposant : «Un opposant, un dossier». L’expérimentation a été faite avec le président du patronat Sébastien Ajavon gardé à vue pendant huit jours dans une affaire de drogue montée de toutes pièces avant de recouvrer sa liberté suite à une décision de justice. La purge a continué avec la traque d’anciens ministres et de députés qui ont refusé de faire allégeance au régime ou de participer au pillage du pays.

 

                  Les efforts du régime pour traquer et emprisonner ses opposants politiques ne faiblissent pas. Des audits ciblés ou sélectifs sont alors réalisés par des cabinets appartenant aux parents, alliés et amis du chef de l’Etat dans le seul but d’humilier les opposants et les jeter un à un en prison. Le dernier cas en date est notre camarade Laurent Mètongnon et ses co-accusés dont un candidat malheureux à la dernière présidentielle (Youssao Aboudou), en détention politique depuis 27 jours.

Le président Patrice Talon et son gouvernement instrumentalisent systématiquement les institutions de la République en vue de la réalisation de leur objectif inavoué d’instaurer une dictature dans le pays.

 

                    Vingt (20) mois après l'arrivée de Talon c'est la désolation au niveau de la majorité des béninois. Beaucoup regrettent aujourd'hui le geste accompli derrière les urnes en votant pour quelqu'un qui en ce moment habillé en peaux d'agneaux vient à présent montrer son vrai visage de prédateurs des ressources publiques ballonnements des libertés publiques. Après la deuxième guerre mondiale vient de naître un petit fils d'Hitler au Bénin qui veut comme ce fût avec les juifs, effacer au niveau du territoire béninois tous ceux qui ont des idées contraires à ce que le Chef pense ou décide.

En dehors des cris des bonnes dames cassées au motif d'un déguerpissement sans préparation, des travailleurs licenciés car intervenant dans un secteur où les entreprises du Chef de l'État veulent avoir le monopole comme l'agriculture et le port nous assistons en plus à la concentration des gros marchés au niveau des membres du clan du Chef.

 

                     La République du Bénin hier est devenu la République de Talon et ses sbires.

Loin d'apprécier positivement l'arrivée de Lagarde, il faut se mettre à pleurer car 150,4 millions de dollars pour un PAG de plus de 9000 milliards de FCFA c'est bien maigre.

Diplomatie oblige, Lagarde a joué le jeu mais une chose est sûre elle n'a pas manqué de lui monter les bretelles en coulisses.

Talon gère un État Bénin sans les Béninois. Il est dans un autre monde où le tapis rouge t'est dressé en fonction de ta capacité à gruger le pays, à applaudir le Chef et à critiquer l'ancien régime.

 



13/12/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres