MOPJAD Infos

Sénégal : la victoire de Macky Sall est une délivrance

 

 

 

 
 

LE PLUS. Il va finir par partir. A la tête du Sénégal depuis douze ans, Abdoulaye Wade s'apprête à quitter le pouvoir, battu par Macky Sall dimanche au second tour de l'élection présidentielle. Le Sénégalais Mody Niang voit dans cette alternance politique un signe que la démocratie est en train de s'enraciner durablement dans le pays.

 

Quelques rares dysfonctionnements exceptés, le scrutin du 25 mars 2012 s’est déroulé dans le calme et la transparence. Les risques de troubles qui étaient agités ça et là la veille ne se sont pas vérifiés, et la population s'est rendue tôt aux bureaux de vote pour accomplir son devoir électoral.

 

Les premiers résultats venus de quelques pays d’Europe, le décalage horaire aidant, étaient très largement favorables au candidat Macky Sall. Ceux sortis des urnes au Sénégal ont confirmé au fur et à mesure qu’ils tombaient cette avance confortable. Aux environs de 21 heures, les carottes étaient presque cuites et la victoire de M. Sall ne faisait plus l’ombre d‘aucun doute. Ses partisans envahissaient déjà les rues et criaient victoire. Moins d’une heure après, le vieux candidat Abdoulaye Wade, contraint et forcé, appela le vainqueur pour le féliciter.

 

Comme l’écrasante majorité de la population sénégalaise, je me suis réveillé le 26 mars avec fierté et soulagement. J’ai perçu la victoire de Macky Sall, qui est en réalité davantage celle du peuple et de la démocratie, comme une délivrance. Une délivrance de la longue gouvernance des Wade et de leur clan qui nous ont fait si mal.

 

Le scrutin du 25 mars, exemplaire, a été salué par l’Afrique et par toute la communauté internationale. Cette seconde alternance, la première étant intervenue le 19 mars 2000, est le signe que la démocratie est en train de s’enraciner durablement dans notre pays. La maturité politique et citoyenne du peuple sénégalais ne fait plus l’ombre d’aucun doute. Nous en avons déjà eu un avant-goût avec l’ampleur de la manifestation du 23 juin 2011, devant l’Assemblée nationale. Ce jour-là, de façon spontanée et dans toutes ses composantes, le peuple sénégalais s’était vigoureusement et massivement opposé au vote d’une loi scélérate, qui devait permettre à un candidat arrivé premier à l’élection présidentielle avec seulement 25% des suffrages exprimés, de se faire élire dès le premier tour.

 

La chute d'un "pouvoiriste"

 

Le scrutin du 25 mars a également sonné le glas des "ndigël" (consignes de vote données par les chefs religieux). Ils ne sont plus de mode et la population s’en est affranchie et ne vote plus que conformément à leur conscience et à leur intérêt. Le mythe de l’argent comme moyen infaillible d’achat des consciences s’est aussi effondré.

 

Le vieux candidat et son clan ont distribué des milliards de francs CFA (je n’exagère rien) et des véhicules rutilants sur toute l’étendue du territoire national. Sans compter des centaines de passeports diplomatiques offerts gracieusement aux prétendus porteurs de voix par le ministre des Affaires étrangères. Malgré toutes ces largesses, le vieux candidat et son clan ont mordu la poussière dans les quatorze régions que compte le pays.

 

L’alternance du 19 mars 2000 fut un événement historique. Celle intervenue le 25 mars 2012 l’est encore plus. Le président Wade est présenté comme un animal politique, un "pouvoiriste" qui n’est préoccupé que par ses objectifs politiciens et électoralistes. Il use et abuse de toutes les stratégies pour arriver à leur réalisation : ruse, manipulation, défiguration de la constitution par des modifications fantaisistes, utilisation sans état d’âme des moyens de l’État, de la fibre ethnique, confrérique,...

 

Un pas de géant pour le Sénégal

 

Certains compatriotes avaient fini de croire que ce vieux baobab était indéracinable. Par sa détermination, sa mobilisation, sa vigilance, le peuple a administré la preuve qu’il était le seul détenteur du pouvoir, et qu’il n’était plus prêt à se laisser gouverner comme il l’a été pendant douze longues années par les Wade et leur clan. Macky Sall est donc averti. En cela, le 25 mars a été un pas de géant, un moment majeur de la démocratie et de la conscience citoyenne.

 

La victoire de Macky Sall a certainement donné lieu à des manifestations de joie, de fierté, de sentiment du devoir accompli. Les observateurs ont retenu, cependant, qu’il n’ya pas eu les mêmes épanchements, le même enthousiasme, les mêmes délires que le 19 mars 2000. Nos compatriotes ont fait montre de retenue dans l’expression de leur joie et de leur optimisme. La grosse déception née de la gestion de la première alternance est certainement passée par là. Chat échaudé ne craint-il pas l’eau froide ?

 

Le président Macky Sall ne bénéficiera donc sûrement pas du long état de grâce dont a joui son prédécesseur après sa première élection. Il est attendu sur ses premiers actes de gouvernance et, principalement, sur le respect de ses engagements. Les Sénégalaises et les Sénégalais surveilleront étroitement ce qu’il fera de leurs suffrages.

 

Par Mody Niang Observateur de la vie politique sénégalaise

Edité et parrainé par Sébastien Billard



28/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres