MOPJAD Infos

Le Prd fait-il cavalier seul vers la mouvance ?

Politique de la main tendue à l’opposition

 

JPEG - 19.1 ko
Houngbédji et le Prd iront-ils à la rivière ?

Le détachement du groupe parlementaire Prd-Un le mois dernier de celui de l’Union fait la Nation (Un) n’est pas un épiphénomène. La preuve, jusqu’ici, l’unanimité est loin d’être faite sur cette position des partisans de Me Adrien Houngbédji. Si certains analystes politiques épousent les raisons évoquées par le Prd pour agir ainsi à savoir une meilleure participation du parti aux débats parlementaires, d’autres n’y croient pas un mot. Pour eux, c’est peut-être l’acte premier du détachement de l’Un et du rapprochement de la mouvance présidentielle et du chef de l’Etat. En effet, si depuis la présidentielle de 2011 et le mémorable Ko de Boni Yayi à cette élection, sa politique de main tendue à l’opposition s’est exclusivement limitée à la Rb, il n’est pas exclu que les prochains jours nous réservent des surprises.

D’abord par rapport à son départ du groupe parlementaire Un et en attendant les conclusions qui seront issues de son congrès de février prochain, le Prd attise des doutes de ses alliés des dernières élections présidentielles. La confiance est au plus bas au sein du bloc de l’opposition et c’est un secret de polichinelle que le Psd, le Madep et Force clé ne sont pas rassurés par les Tchoco-tchoco. Pour eux, le Prd se repositionne pour faire cavalier seul en vue de prochaines négociations avec le pouvoir en place. Ceci, alors que lesdits partis politiques disent avoir laissé assez de plumes dans leur détermination à porter Houngbédji au pouvoir en avril dernier.

D’ailleurs, c’est à juste titre que lors des déclarations faites à l’occasion des vœux de nouvel an par Houngbédji à ses militants, il a reconnu sa défaite à la présidentielle de 2011. Ce n’est sans doute pas anodin que le leader des Tchoco-Tchoco, affirme que le Prd a perdu hier mais gagnera demain. Sinon, comment pourrait-il négocier avec quelqu’un qu’il ne reconnaît pas comme président ? Avec cette acceptation tacite de la victoire de son adversaire politique, il ne serait pas étonnant que le Prd et Me Adrien Houngbédji ajoutent un nouveau chapitre au riche parcours politique du parti arc-en-ciel. Mais la grande question est celle de savoir ce qui adviendrait des anciens soutiens au candidat du Prd en mars dernier ? N’est-ce déjà pas l’heure des adieux du Prd à l’Un et du retour des vieux démons au sein de la classe politique ?

Le Prd, de l’union à l’anti union ?

La position du Prd est donc, comme on peut le constater sujette à beaucoup d’interrogations. Et si jusqu’ici, c’est le calme plat de part et d’autre, c’est plutôt une situation qui présage sans doute, d’une tempête entre le Prd et l’Un. Au même moment, le conseil municipal de Porto-Novo contrôlé par le Prd entretient d’excellents rapports avec l’Exécutif. Et évidemment, ce n’est pas encore au plan politique, une manifestation du rapprochement entre Houngbédji et Yayi. Mais, il n’est pas exclu qu’il en soit le détonateur.

En politique, c’est très bien connu que l’ami d’hier peut être l’ennemi d’aujourd’hui. Les exemples sont légion au Bénin. Le maire Nicéphore Soglo en sait quelque chose. Lui qui en réponse à certains militants du Prd qui accusent la Rb de traîtrise lors de l’échec à la présidentielle de 2011, a affirmé que le président Houngbédji ne peut que s’en prendre à lui-même et à ses nombreuses inconstances politiques… De quoi apporter de l’eau au moulin de ceux qui martèlent qu’une fois de plus, le Prd veut se frayer son chemin au détriment de ses anciens alliés. De plus, ces derniers sont convaincus que le parti des Tchoco-Tchoco, lors du congrès de février prochain décidera d’une participation unilatérale et avec les couleurs du Prd aux municipales de 2013. Et pour en ajouter à la confusion, il se dit du Prd que sa volonté de règlement de comptes aux Soglo par rapport à la mairie de Cotonou ne souffre plus d’aucune ambiguïté. La multiplication des contacts et la recherche d’alliance avec les Fcbe pour déloger les Soglo de la mairie de Cotonou et pour conserver celle de Porto-Novo seraient même en bonne marche. C’est dire que la création du groupe parlementaire Prd-Un, loin d’apporter le renforcement des partis de l’opposition, en apporte aux contradictions et la fragilise. De ce côté-là, ce n’est pas la grande sérénité et incontestablement, la course vers la mouvance, l’ego des uns et des autres et les intérêts divergents n’y sont pas étrangers. L’histoire est une roue qui tourne. La preuve, au Bénin, on prend les mêmes et on recommence.


17-01-2012, Angelo DOSSOUMOU S



17/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres