MOPJAD Infos

L’avocat de Gbagbo à la CPI : « Nous avons gagné toutes nos batailles, nous tenons le bon bout »

 

 
Maître-Emmanuel-Altit

Comment le président Laurent Gbagbo prépare-t-il sa défense devant la Cour pénale internationale, et plus particulièrement l’audience dite de «confirmation des charges» qui aura lieu le 18 juin 2012 ? Selon des sources qui lui sont proches, il est très concentré sur cette échéance, qu’il suit directement, aidé par Emmanuel Altit et Agathe Baroan. Tout juste se détend-il en lisant énormément de livres, politiques et historiques – dont le Jésus de Jean-Christian Petitfils – et par le zapping télévisuel.

Laurent Gbagbo est en contact régulier avec Me Altit. A l’occasion du séjour européen de Miaka Ouretto, numéro un par intérim du FPI, le défenseur du premier président de la Deuxième République ivoirienne, s’est confié au site internet eventnews.fr. «Les procédures à la CPI sont complexes, longues et très techniques (…) Vous avez deux buildings énormes où travaillent plus de 1000 personnes, mais rassurez-vous, nous avons gagné toutes nos batailles», a-t-il dit comme pour planter le décor. «Vous savez comme moi que la Côte d’Ivoire n’ayant pas signé le traité de Rome, il fallait l’accord des juges pour que le procureur puisse renvoyer l’affaire devant la CPI. Ce qui a été motivé par le procureur le 23 juin 2011 sur la base d’une liste de crimes que des pro-Gbagbo auraient commis entre le 28 novembre 2010 et le 11 avril 2011. Voilà comment après l’autorisation de la chambre préliminaire III du 3 octobre 2011, les enquêtes ont abouti au transfèrement du président Gbagbo à la CPI (…) A l’époque je n’étais pas encore dans la procédure avant que Gbagbo ne soit transféré, mais malgré cela, mon équipe et moi avions dénoncé l’attitude du procureur Ocampo qui n’est qu’un acte purement politique. Car en demandant aux juges de le laisser enquêter sur cette période du 28 novembre 2010 au 11 avril 2011, il voudrait conclure par le fait que tout ce qui est arrivé par la suite, est la résultante du refus du président Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à Ouattara (…) Nous avons produit une démo d’une trentaine de pages, démontrant que le procureur ne peut pas tenir compte dans la situation de la Côte d’Ivoire, que de la seule période du 28 novembre 2010 au 11 avril 2011… Il faudra qu’il enquête également sur tout ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire depuis 2002 (…)  C’est pourquoi, le procureur était obligé de faire des observations complémentaires le 3 novembre 2011 en demandant aux juges de lui permettre d’enquêter sur la période allant jusqu’en 2002. C’est une première victoire», a expliqué Maître Altit.

Qui a poursuivi.  «Notre stratégie a plusieurs étages. Mais déjà sachez que avant même le transfèrement du président Gbagbo à la CPI, nous avions envoyé plusieurs mémoires aux juges, aux médias (…) c’est pourquoi le président Gbagbo était digne et respectable lors de sa comparution initiale du 5 décembre 2011. Il fallait tout faire pour lui rendre sa dignité (…) Après cela, on a tous vu le changement du rapport de force dans les médias internationaux (…) Aujourd’hui, le camp Ouattara est indexé par tous.»

Faut-il pour autant déjà crier victoire ? Emmanuel Altit demeure prudent. «A la Cpi, nous n’avions pas de bureau, le procureur ne voulait pas nous donner tous les documents en sa possession. Aussi, il faut aller sur le terrain pour les contre-enquêtes… Nous avons bataillé dur, aujourd’hui c’est chose faite surtout avec l’aide juridictionnelle. Après cette deuxième victoire, nous nous préparons pour le 18 juin pour l’audience de confirmation des charges. Mais déjà, il faut retenir que chaque jour qui passe, nous nous battons pour obtenir la victoire sur le procureur et nous tenons le bon bout. Les juges et l’opinion internationale comprennent de mieux en mieux le dossier ivoirien. Cela prépare le terrain. Ce n’est pas négligeable dans une procédure où les juges sont libres de délibérer. Aujourd’hui tout le monde va dans notre sens (…) Nous avons dans un premier temps voulu gagner la bataille du sérieux, du professionnalisme. Après donc la technique vient maintenant la stratégie sinon la politique, pour ne pas dire les faits, qui n’interviendront qu’une fois à l’intérieur des débats. Mais il était pour nous important de préparer le terrain, les esprits. Et les résultats que nous obtiendrons seront non seulement au profit du président Laurent Gbagbo, mais aussi au profit de tous ses proches visés par la justice… La semaine prochaine, d’autres requêtes seront déposées. Nous avons besoin des témoignages authentifiés en images, photos, vidéos, présence des victimes… Mais le tout dans le calme et la sérénité. Nous travaillons avec Maître Agathe Baroan, une Ivoirienne. Pour dire que notre équipe n’est pas fermée». 

En évoquant les témoignages dont la défense a besoin, l’avocat du président Gbagbo évoque tous les indices et éléments de preuve susceptibles de battre en brèche les thèses défendues par le procureur Ocampo. C’est-à-dire par le régime Ouattara. La balle est donc dans le camp des «sachants». C’est le moment ou jamais pour ceux qui ont des éléments ou des témoignages inédits sur le coup d’Etat du 24 décembre 1999, la genèse de la rébellion, les crimes et montages de celle-ci, ses accointances avec des hommes politiques ivoiriens et/ou étrangers, ses montages médiatiques, la préparation de la guerre postélectorale, les crimes du «commando invisible» et des FRCI… de les communiquer à la défense du président Gbagbo. En toute discrétion.

Philippe Brou



16/02/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres