MOPJAD Infos

La France noire mise en lumière

 

Un travail encyclopédique sur les Noirs de France sera présenté sous forme d'un beau livre, d'une exposition itinérante et d'un documentaire en trois parties programmé sur France 5.

Fête foraine. Muséum, carte postale, 1899. © Coll. Groupe de recherche Achac/DR

l'auteur

La France noire, un beau livre paru le 3 novembre (La Découverte), propose un «retour sur trois siècles de présences», un mot écrit au pluriel, et ce n’est pas un hasard. C’est que l’adjectif «noir» recouvre des histoires bien différentes, africaines, caribéennes et océaniques, qui vont de l’esclavage au rappeur MC Solaar, en passant par les tirailleurs sénégalais et le footballeur Lilian Thuram. Au fil des pages, illustrées de nombreuses photographies, de documents d’archives et de citations mises en exergue, se dessine une France paradoxale. Un pays où «négrophobie et négrophilie» se sont entremêlées au cours des époques, comme le souligne l’auteur de cette somme, l’historien français Pascal Blanchard.

Le travail minutieux de Pascal Blanchard

Fondateur en 1993 du collectif de chercheurs Achac (Colonisation, immigration, post-colonialisme), Pascal Blanchard livre un travail minutieux sur «une présence diasporique en métropole», réalisé au long cours, sur plusieurs années, en collaboration avec une équipe de haute volée. Parmi ses contributeurs figurent le philosophe camerounais Achille Mbembe, l’historien d’origine congolaise Elikia M’Bokolo, le spécialiste camerounais de littérature antillaise Romuald Fonkoa, la politologue française Françoise Vergès ou encore les historiens Eric Deroo et Catherine Coquery-Vidrovitch.

Le livre sera appuyé par une exposition itinérante, mais aussi par un documentaire en trois volets, Noirs de France, co-écrit par Pascal Blanchard et Juan Gélas et diffusé en janvier sur France 5. L’ensemble de ce travail se présente comme un long rappel des faits, qui casse les stéréotypes. Qui se souvient, aujourd’hui, qu’un Noir (l’Antillais Henri Lémery) fut ministre des Colonies dans le gouvernement de Vichy? Ou que la France fut le premier pays occidental à avoir un député noir, Blaise Diagne, en 1914? Et le premier, encore, à décerner un prix Goncourt à un écrivain noir, le Guyanais René Maran, en 1921?

«La négritude n’est pas née à Dakar ou à Pointe-à-Pitre, elle est née à Paris», rappelle Pascal Blanchard, qui a pris soin d’intégrer dans son travail la relation spéciale des artistes Africains-Américains avec la France, perçue comme un havre de liberté dans les années 1940 et 1950, loin de la ségrégation aux Etats-Unis.

Une histoire française à part entière

La France noire a été conçue pour se feuilletter comme un «album de famille d’une histoire française à part entière», pas seulement destiné aux différentes communautés noires de France (entre 3 et 5 millions de personnes, soit 5% à 8% de la population selon les estimations). L’ouvrage vient combler une immense lacune, même si une littérature abondante existe déjà sur le sujet: un millier de titres sont cités dans la bibliographie dressée par La France noire. Mais très peu ont touché un grand public, comme les essais pourtant majeurs de deux historiens métis, François Durpaire (France blanche, colère noire, Odile Jacob, 2006) et Pap Ndiaye (La condition noire, Calmann-Lévy, 2008), tous deux contributeurs de La France noire.

Fait symptomatique, dans les librairies de Paris, l’évènement fait plutôt ressurgir des classiques qui datent et ne traitent pas toujours directement de l’Hexagone: J’irai cracher sur vos tombes (1946) de Boris Vian, Peau noire, masques blancs de Frantz Fanon (1952), ou Dans la peau d’un Noir (1961), de John Howard Griffin. 

«Cette histoire des Noirs de France dérange, car on a pensé qu’il fallait vivre cachés pour vivre égaux au sein de la République, et trouver en fin de compte cette égalité parfaite», explique Pascal Blanchard. 

Un homme divertit les autres en dansant sur des patins à roulettes, Bordeaux. Photographie de l’armée américaine, 1918 © NARA

Un homme divertit les autres en dansant sur des patins à roulettes. Photographie de l’armée américaine, Bordeaux, 1918. © NARA

Ici, pas de discours de victimisation, de manichéisme ou d’empathie, mais plutôt une analyse de toutes ces postures. Car aux yeux de l’auteur, les Noirs de France sont aussi responsables des tabous et des préjugés qui prévalent dans ce pays, faute de s’être assez penchés sur leur propre histoire.

«Ils se sont fabriqués une soi-disant histoire qui n’est en fait que de la mémoire et qui ne repose pas sur des faits, a déclaré Pascal Blanchard sur les ondes de RFI. Dans les mythologies même, on trouve des histoires totalement tronquées». 

Le trimestriel Respect Mag, qui traite de l’actualité des minorités en France, a saisi l’occasion de la sortie du livre pour consacrer son dernier numéro aux «100% Noirs de France». Paru début octobre à 40.000 exemplaires, ce numéro a déjà été retiré à 4.000 exemplaires et été mis en vente sur Internet, pour faire face à la demande. La rédaction de Respect, diverse, s’est attirée des flots de courriels positifs, mais aussi une critique de l’hebdomadaire Marianne qui a trouvé l’approche «communautariste», s’attirant un feu nourri de ripostes. Le rédacteur en chef de Respect Mag, Marc Cheb Sun, s’en est défendu. Il revient pour Slate Afrique sur la polémique.

«C’est une réaction poussiéreuse. Je trouve dommage, quand on s’appelle Marianne, de ne pas voir pourquoi la République et sa devise (liberté égalité fraternité) ne parlent plus à la jeunesse d’aujourd’hui

Un temps de retard?

Mais le plus important n’est sans doute pas là. Pourquoi La France noire n’émerge-t-elle qu’en 2011, six ans après les émeutes de 2005, douze ans après la France «Black blanc beur» de la coupe du monde de football de 1998, et plus de vingt ans après Black Mic Mac (1986), la première comédie sur les Africains de France? Réponse de Marc Cheb Sun:

«Ce travail aurait dû être fait avant, mais il ne pouvait pas l’être. En France, le tabou est plus profond qu’aux Etats-Unis, où la ségrégation s’est faite sur le sol national, avec un impact connu et visible au quotidien, et non dans de lointains territoires. Le tabou est plus profond aussi qu’en Grande-Bretagne, où la colonisation en Afrique a été très différente de celle de la France, de nature économique et non civilisationnelle».

Dans la longue introduction de La France noire, on trouve aussi ces éléments de réponse:

«Est-ce un hasard si, entre la candidature aux élections présidentielles de 2002 de Christiane Taubira et la campagne de 2012, l’enjeu des 'migrations noires' est devenu un paradigme de la vie politique française? Est-ce un hasard si le CRAN [Conseil représentatif des associations noires], les collectifs et mouvements divers ont pris une telle place dans la société française? Est-ce un hasard si la personnalité préférée des Français est un métis franco-camerounais? Est-ce un hasard si ce livre peut enfin être publié aujourd’hui, s’appuyant sur un imposant travail historiographique (…) constitutif d’un changement total de perception faisant enfin entrer ce passé dans l’Histoire

Est-ce un hasard, pourrait-on rajouter, si ce livre paraît au moment des succès de deux films, Polisse et Intouchables, qui ont pour point commun de voir des acteurs noirs et français, Joey Starr et Omar Sy, jouer des personnages libérés des habituels stéréotypes?

Dans la France des «Blacks» et des «Renois», on va peut-être, grâce au travail abattu par Pascal Blanchard, commencer à appeler les Noirs des… Noirs. Un premier jalon, peut-on espérer, vers un regard décomplexé de toute une société sur une part importante de sa réalité.

Sabine Cessou



31/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres