MOPJAD Infos

Calixthe Beyala :Après la mort de Kadhafi : « L’Afrique pleure, Sarkozy rit »

Kadhafi est mort ? Peut-être. L’Afrique est morte ? La Grande Afrique, une et indivisible ? Sûrement ! Elle s'en est allée en ce triste jour du 21 octobre 2011, avec le seul qui la portait sur son coeur, dans ses tripes ! Elle s'en est allée avec celui-là, digne fils de son peuple qui suppliait les chefs d'Etats larbins de construire une grande armée africaine, une grande industrie africaine, de s'unir pour être plus forts devant les autres grands groupes du monde. Et je pense que jamais, la tristesse ne m'avait autant habitée.
Pour moi qui l'ai connu, qui l'ai soutenu dans différents sommets où il essayait de raisonner ses pairs sur la nécessité de bâtir cette Afrique pour le bienfait des générations futures. Je me souviens des sourires hypocrites et goguenards de ces lâches, ces contremaîtres qui se disent Présidents tournant en rond, renvoyant en permanence à demain, l'urgence… Parce que leurs Maîtres leur avaient demandé de ne pas accepter l'idée cette Afrique unie et lumineuse, riche et fière, cette Afrique tout en rêve splendide kadhafiste.
"Kadhafi est mort, assassiné par Sarkozy-BHL et leur coalition de fascistes ! Oui, il est parti… L'Afrique est orpheline. L'Afrique a perdu son père. Et l'Afrique pleure cette mère Libye. Et l'Afrique pleure… Et ses tonnes de larmes déversées formeront peut-être une rivière qui reviendra peut-être reverdir les tombes, les tombes encore, des milliers de morts, des martyrs, ceux-là qui pensaient qu'il valait mieux mourir que vivre assujetti !
L'Afrique pleure ; Sarkozy lui a ôté l'essence de sa vie ! L'Afrique pleure les meurtres perpétrés par Sarkozy ; Sarkozy dorlote la nouvelle-née de sa femme Carlita… Sarkozy rit et se réjouit de la mort de l'Afrique… Sarkozy rit et se réjouit de la naissance de sa fille… Tandis que les larmes salées de
l'Afrique tournoient autour des joues des femmes africaines devenues folles de douleur ; et ce chagrin coincé entre les pupilles des hommes honteux de n'avoir pas su protéger leurs terres, de n'avoir pas su se battre pour leurs familles, apeurés sans doute que Sarkozy-BHL se fâchent et distribuent d'autres bombes toutes aussi meurtrières…
Apeurés pour rien, pour tout, ignorant qu'il conviendrait de ne pas avoir peur de mourir car un homme indigne n'en est plus un, car un homme castré n'en est plus un, car vaut mieux mourir que de vivre dans l'indignité !
Et Kadhafi l'avait compris… Et Kadhafi l'avait senti, sans doute choisi par les Dieux, cet homme exceptionnel savait qu'il valait mieux vivre auprès des Dieux dans la dignité que cette insupportable honte qui submerge l'Afrique incapable…
Et Kadhafi l'avait compris, lui si fier qu'il nous couvrait de ce trop-plein de fierté. Qu'allons-nous donc devenir, sans sa subtilité politique, sans cette vision grandiose qui s'en allait au-delà de lui ?
L'Afrique est morte avec Kadhafi ? Peut-être pas… Peut-être prendre un thé et penser à quelque chose de beau, penser et se dire que tout n'est pas fini, que peut-être demain en s e réveillant, le monde aurait changé parce que l'homme africain aura changé…
Penser au beau à venir même s'il ne s'agit que d'un rêve… penser que réunir la diaspora Africain-française est déjà beaucoup, que cette petite touche pourrait être un peu d'espoir dans ce monde où l'homme africain n'est pas, où la femme noire n'est pas, où le racisme géopolitique sarkozyste décide que finalement la vie d'un Africain ne compte pas. Ou si peu. Qu'il peut décider de qui doit vivre. Ou mourir."

Calixthe Beyala



22/11/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres