MOPJAD Infos

BENIN: Béninoises, Béninois, l'heure est grave. Patrice TALON : un Chef d'État développeur ou un trahisseur de race rare ?

 

Que voulons-nous réellement au Bénin ?

Patrice TALON veut-il réellement aller aux élections présidentielles de 2021 ?

Les différents plans machiavéliques exécutés par l'homme jusqu'ici sont-ils vraiment sans limites ?

Ouvrons les yeux. Compatriotes de toutes les contrées de mon pays, ouvrez vos yeux.

Votre vote en temps opportun, principalement lors des législatives de 2019 déterminera l'avenir de notre cher pays.

En effet, les législatives de 2019 constituent un grand enjeu pour Patrice TALON qui, dans ses agissements, commence par avoir tout d'un renégat jusqu'au-boutiste. Ces élections législatives constituent déjà pour lui, les présidentielles de 2021. Pour preuve, il n'a guère digéré l'échec du fameux projet de révision de la constitution. Historique évènement à l'issue duquel, la sorcellerie béninoise a réinventé les mathématiques en y instaurant le principe selon lequel, le nombre 23 est supérieur au nombre 60. Le temps serait visiblement en train de donner raison à nos constitutionnalistes opposants d'alors, qui n'étaient animés que d'un esprit patriotique lorsqu'ils soupçonnaient cette initiative d'opportuniste. Car, la révision de notre constitution devrait prolonger son mandat pour une durée indéterminée puisque la nouvelle constitution qu'il avait mis en place prendrait effet à partir d'une promulgation qui se fera en un temps souhaité par lui-même. Ceci lui aurait permis de mettre hors-jeu certains candidats potentiels qui sont presqu'à la limite de l'âge de 70 ans. Donc, si le fameux projet de révision de la constitution avait été un succès pour lui, Abdoulaye BIO TCHANE, Pascal Irénée KOUKPAKI et son redoutable ex-challenger Lionel ZINSOU ne pourront plus jamais être candidats puisque le nouveau mandat présidentiel de 6 ou 7 ans démarrerait à partir de la promulgation de la nouvelle constitution. Ajoutons que les poursuites judiciaires opportunistes et incontestablement ciblées en disent long.

Il n'y a plus de doute. Nous assistons actuellement à une politique isolationniste des barons de l'opposition. N'a-t-il pas affirmé lui-même que : << Ce qui assure la réélection d'un Président au Bénin, ce n'est pas son résultat, c'est la manière dont il tient tout le monde, c'est la manière dont personne n'est capable de lui tenir tête, d'être compétiteur contre lui. Quand vous n'avez pas de compétiteur, vous allez beau être mauvais, vous serez réélu. >> Patrice TALON voudrait ainsi dire que ce n'est pas un bilan positif qui garantira sa réélection mais plutôt les grands électeurs épousant ses points de vue (farfelus ou saugrenus) et sa gestion hypocrite qui mettront en marche cette grande fraude électorale que nous vivrons bientôt ?

D'abord, lors de sa première option qu'est d'avoir la majorité aux législatives de 2019 pour réviser opportunément notre constitution chèrement acquise pour s'éterniser au pouvoir contre la volonté des vrais électeurs ?

Ensuite, sa seconde et dernière option, les élections présidentielles de 2021 qu'il sait pertinemment qu'il ne pourra pas du tout remporter parce que le peuple, le vrai électeur ne l'aime pas ?

Comment concevoir qu'avec l'évolution de toutes les démocraties du monde, qu'il veuille faire

disparaître la Commission Électorale Nationale Autonome (CENA) et confier la gestion des élections à une institution qui est son jouet : le Ministère de l'Intérieur et de la Sécurité Public (MISP) ? On assistera en son temps (si cela se faisait), à des élections gagnées d'avance via les élus locaux et communaux qui sont évidemment ses moutons de panurge, au remplacement des urnes et à des résultats tronqués. Quel recul démocratique serait-ce ?

Il urge donc, que nous sanctionnons fort lors des prochaines législatives de 2019 qu'il pense déjà gagner en voulant augmenter l'effectif des députés et des circonscriptions électorales. Vous verrez chers députés en exercice, Patrice TALON vous dira : "Tenez, prenez et votez" de nouvelles lois électorales et vous serez sûrs de revenir au parlement.

Chers compatriotes, montrons-lui que même grugés, terrorisés ou même affamés, nous voterons utile. Nous sanctionnerons cette entité que nous avions érigée nous-mêmes et qui, au finish, décide de gouverner sans "nous". Ce sera la meilleure manière de lui montrer que nous sommes toujours les décideurs de dirigeants, "nous" sommes le peuple.

En vérité, je vous le dis : Patrice TALON est très intelligent, il parle peu mais remue beaucoup ses ministres. C'est une grande machine politique à pondre mais il n'est pas plus intelligent que nous tous.

Vous pouvez ne pas considérer ma confidence mais le cas échéant, vous mordrez une seconde et dernière fois vos saints doigts de décideurs de votre propre sort.

Réveillez-vous !

CVS

 

 



25/09/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres