L'EVEIL DE L'AFRIQUE

RAPPORT SUR LE DÉVELOPPEMENT HUMAIN 2010 : Les Nations Unies saluent les efforts du Bénin

 
« Il n’est un secret pour personne que Afrique subsaharienne est la région du monde qui connaît le plus de difficultés en matière de développement. le rapport 2010 sur le développement humain du programme des nations unies pour le développement (pnud) confirme cet état de choses.
  Toutefois, le rapport reconnaît que la situation globale du continent est plus contrastée et qu’à côté des pays qui ont régressé, d’autres ont fait des efforts significatifs pour relever le niveau de vie de leurs populations. Pour preuve, des pays africains comme l'Ethiopie se classe au 11ème rang en termes de progrès réalisés dans le temps. De même, « le Botswana, le Bénin et le Burkina-Faso sont parmi les 25 pays ayant enregistré la progression la plus rapide sur le plan du développement humain». Le Bénin est positionné à la 134ème place en ce qui concerne l’indice de développement du pays sous le président Boni Yayi en 2006. Le Bénin était classé à la 161ème place et ce dernier rapport du PNUD, intervenant à point nommé pour le bilan du quinquennat (2006-2011), vient certifier les nombreuses avancées enregistrées par le Bénin sous le leadership de Boni Yayi et la coordination éclairée du ministre d’Etat Pascal Irenée Koupaki. En prenant les rennes du pouvoir, le 06 avril 2006, le Président de la République, Docteur Boni Yayi, s’était engagé à accorder à tous les Béninois, des chances égales de mieux-vivre et de mieux-être et à œuvrer en vue de l’émergence du Bénin. Une vision qui cadre bien avec les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) pour l’atteinte desquels le Gouvernement du Changement a œuvré, cinq ans durant, avec le concours des partenaires au développement. A cet effet, et de l’avis des experts du Système des Nations Unies, le Bénin peut encore être au rendez-vous des OMD, d’ici 2015, dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’eau. Les progrès du Bénin en matière d’éducation ont été substantiels de la maternelle au supérieur, reflétant non seulement des améliorations quantitatives en matière de scolarisation, mais aussi dans l’équité de l’accès à la scolarisation pour les filles et les garçons. Dans une large mesure, ce progrès reflète une participation plus active de l’Etat, qui se traduit par une amélioration du taux de satisfaction des populations dans ce domaine (plus d’enfants inscrits à l’école, recrutement, reversement et formation accrue des enseignants ainsi que la revalorisation de leurs salaires et émoluments divers). Par exemple, de 2006 à 2010, le taux net de scolarisation est passé de 61,1% à près de 90% pour un objectif de 100% en 2015. En matière de santé maternelle, des efforts appréciables ont été également déployés par rapport aux soins prénataux. De même, la gratuité de la césarienne a amoindri les risques de mortalité des femmes en couche. En ce qui concerne la mortalité infantile, la gratuité des soins de santé aux enfants de 0 à cinq ans se met progressivement en place. L’autre domaine où le Bénin est en passe de réussir le pari de 2015, c’est le secteur de l’eau. Avec l’appui des partenaires au développement, la couverture du pays en eau potable avoisine les 90%.
   En dehors de ces domaines et malgré la crise économique, le Gouvernement béninois a déployé d’importants efforts pour réduire la pauvreté des populations, précisément à travers l’emploi des jeunes et l’autonomisation des femmes. Force est de constater que les recrutements importants dans la fonction publique, les micro-crédits aux plus pauvres et les fonds d’aide à l’emploi et à l’auto- emploi ont soulagé, tant soit peu, les couches vulnérables trop longtemps laissées pour compte. Bien d’autres projets et programmes initiés par le Gouvernement et soutenus par la communauté internationale, ont aussi contribué à changer la vie des Béninois. En cinq ans, on peut affirmer, sans risque de se tromper, que le Gouvernement du Docteur Boni Yayi a mis le Bénin sur l’orbite du développement économique et social, même s’il reste encore beaucoup d’efforts à fournir dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. A quelques semaines de la fin de son mandat, toutes ces marques de distinction de la part de toute la communauté internationale, constituent en soi une attestation positive du bilan du régime du Changement. Il n’y a pas meilleure manière de célébrer un mandat. Et si les Nations Unies et leurs Institutions spécialisées chargées du développement devenaient les grands complices du Gouvernement et, singulièrement, des efforts que déploie le Président de la République pour faire du Bénin un Pays Moyen Emergent (PME), sortant progressivement de la catégorie des Pays les Moins Avancés (PMA) ? Attendons 2016 pour le prochain bilan du Président Boni Yayi.


30/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres