L'EVEIL DE L'AFRIQUE

La scabreuse affaire de placement d’argent avec à la tête, la sulfureuse structure de ICC Services n’a pas encore livré tout son verdict. Aux dernières nouvelles, on apprend avec la confirmation des responsables de l’Université polytechnique international

 


Les populations spoliées dans l’affaire ICC Services ne savent pas encore à quel saint se vouer. Le Comité chargé de gérer cette crise et dirigé par madame Séverine Lawson n’est pas encore au bout de ses travaux. Les abcès puants dans lesquels sont englouties les mises des victimes n’ont pas encore été tous crevés. Si du moins, le gouvernement s’évertue à multiplier les stratégies devant lui permettre de mettre la main sur les biens mobiliers et immobiliers des responsables de ICC Services, on se rend compte encore qu’il y a de secrets dont il n’a pas les ficelles.

En effet, l’organisation de l’édition 2009 de l’événement dénommé « Miss UPIB » a vu la contribution de ICC Services et les responsables de cette structure sous la houlette de Guy Aplogan auraient même offert la voiture remportée par la miss. Ayant reçu cette information, et comme la déontologie de notre métier nous l’exige, nous avons pris l’option d’aller vers les responsables de l’UPIB afin de procéder à sa vérification. Ainsi, joint au téléphone le 21 janvier dernier aux environs de 11 heures 30 minutes, le président Valère Glèlè répond : « Je suis à une réunion à Bohicon. Je vous rappellerai ». Malheureusement, il ne nous a plus joints. Le comble est que toutes nos tentatives d’entrer en contact avec lui ont été vaines.

Toujours dans la recherche de la vérité dans cette affaire, nous avons alors pris l’option d’entrer en contact avec le vice-président de l’université UPIB. Monsieur Romain Glèlè nous a bien reçus au cours d’un rendez-vous qu’il a bien voulu nous accorder. Dans nos échanges avec cette deuxième autorité de cette Université, celle-ci a reconnu qu’effectivement le sieur Guy Aplogan a financé l’événement Miss UPIB qui s’est déroulé au Palais des sports de Cotonou en 2009. S’agissant de la voiture remportée par l’étudiante de Porto-Novo, couronnée à l’issue de la manifestation, le vice-président chargé des affaires administratives de l’UPIB a confirmé qu’il s’agissait d’un don de la structure ICC services qui était le sponsor officiel de l’événement.

A écouter le VPA de l’UPIB, tout le montant débloqué par les responsables de ICC Services dans le cadre de l’organisation de cette activité, a été remboursé par le promoteur de l’université au Comité de crise. Malheureusement, nos enquêtes en direction de la commission que dirige Me Séverine Lawson ont révélé le contraire. Selon les informations reçues, la voiture n’a pas été récupérée même si entre temps, le promoteur de l’UPIB, Valère Glèlè a été interpelé par rapport à d’autres choses qu’il avait faites avec les responsables de ICC Services. Aux dernières nouvelles, le véhicule est encore en circulation mais sans le logo d’ICC Services.

Il urge que les autorités en charge de ce dossier qui a tant fait souffrir des filles et des fils du Bénin s’autosaisissent pour que la lumière et toute la lumière soit faite à ce propos. Ce qui est certain, c’est que le nom de la miss est connu ainsi que la marque du véhicule comme l’indiquent les images de la soirée culturelle qui ont été à plusieurs reprises diffusées sur les ondes de la télévision nationale même si sa couleur a été changée. Affaire à suivre…

Prince BOCO

13 fév, 2012 | Par L’Autre Fraternité



13/02/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 122 autres membres