L'EVEIL DE L'AFRIQUE

BENIN: Après 6 milliards de francs investis, ou est l'avion presidentiel!!!!!!!!!!!

…..A RAISON !

L’un des chantiers sur lesquels le pouvoir Yayi du changement à la refondation peine à combler les attentes est celui de l’avion présidentiel. Acquis vers la fin de la décennie démocratique de Kérékou, l’avion présidentiel béninois qui devrait être un joyau de souveraineté nationale devient pour une peste pour les finances publiques et cerise sur le gâteau le Président Boni Yayi ne veut plus y mettre les pieds après un ou deux vols avec cet engin volant. Justement après ces voyages, l’avion est envoyé à maintes reprises pour maintenance et réparation. Pour mémoire, le  04 mars 2010, sous la 5ème législature donc, Wallis Zoumarou et 27  autres députés à travers une question d’actualité interpellaient déjà le gouvernement ( voir ci-dessous).  La Lettre du Continent dans sa dernière livraison N° 656 du 03  avril 2013  nous apprend que l’appareil « …a regagné Cotonou dans la nuit du 28 mars, après quatre mois d’immobilisation pour réparation dans les hangars de la société EAS Industries basée à Perpignan, dans le Sud de la France. Coût de la facture: 700 millions F CFA. Depuis plusieurs années, ce Boeing 727-200 qui date de 1984 montre des signes de faiblesse récurrents. L’appareil, don de Mouammar Kadhafi au président Mathieu Kérékou en 2004, ne peut voler plus de trois mois consécutifs sans développer des problèmes mécaniques… ».  Par ailleurs, au retour en fanfare de l’avion sur le sol béninois, on avait appris que le check up initial de l’avion a couté 4.2 milliards de FCFA aux caisses de l’Etat. La Lettre du Continent vient préciser aujourd’hui que « …Six milliards F CFA ont déjà été engloutis en frais d’entretien et réparations depuis sa première livraison. Le palais de la Marina envisage désormais sérieusement l’achat d’un jet privé d’occasion, opération jugée plus rentable que les réparai en cascade>
 

 

Pour ne rien arranger, Boni Yayi, de plus en plus  méfiant, rechigne à utiliser l’appareil, même lorsque celui-ci est opérationnel. Il emprunte désormais des avions privés  de type  Falcon, dont certains sont mis à sa disposition par l’homme d’affaires Samuel Dossou. Pour ses déplacements à l’intérieur du pays, le chef de l’Etat recourt à des hélicoptères, des Agusta de marque italienne, rachetés à l’armée de l’air belge par l’ex-chef d’état-major de l’armée, Mathieu Boni, et grâce auxquels Boni Yayi peut effectuer plusieurs vols dans la même journée. Résultat : les charges de l’Etat sur ce poste explosent. » 

  Les raisons de la crainte de Yayi et responsabilités 

Si le Chef de l’Etat béninois rechigne à prendre l’avion présidentiel pour ses déplacements à l’extérieur, on pourrait comprendre que cela n’a rien a voir avec le confort à l’intérieur ( voir encadré ). Les craintes de Boni Yayi sont liées d’une part à la  garantie sécuritaire même de l’avion ( longues et récurrentes réparations) mais dans le contexte physcho-socio et politique de ces 06 derniers mois. Dans une atmosphère où Boni Yayi est convaincu que des gens parmi lesquels parents proches et collaborateurs directs voudraient attenter à sa vie ( empoisonnement raté, coup d’état manqué), il est normal qu’il se méfie d’un appareil tel que celui évoqué plus haut. Seulement en plus de sa vie, Yayi devrait craindre pour la santé du Trésor Public et chercher à comprendre comment, pourquoi, par qui, sur commande et sous supervision de qui, des réparations à coups de milliards de francs Cfa sont effectuées et aucune garantie sérieuse n’existe sur l’employabilité de l’avion présidentiel.

 Les caractéristiques de l’avion  

L’avion présidentiel du Bénin est un Boeing 727-200 âgé d’une trentaine d’année qui était exploité au Libéria. Le premier vol inaugural de ce type d’appareil a eu lieu le 9 février 1963 sans oublier que de 1963 à 1984,  la firme Boeing a eu à en fabriquer 1823 exemplaires. Du point de vue technique, l’avion du Bénin a une vitesse de croisière de 890 à 965km/h  en atteignant une altitude variant entre 11000 et 13000 m avec une autonomie de six heures de vol. En novembre 2006, cet appareil à la « disposition » de l’Etat béninois a connu une ré immatriculation. La nouvelle immatriculation est ECCFI. A l’intérieur, il a connu un changement VIP fait à Madrid. De 180 passagers à sa fabrication, l’appareil modifié transporte actuellement 46 personnes. Pour le confort du Président de la République, un lit  de trois places, un lavabo surmonté d’un miroir, le tout doré y ont été installés. Juste à coté de la cabine de repos du Président se trouve un bureau de quatre fauteuils.

INTERPELLATION DES DEPUTES SUR L’AVION PRESIDENTIEL  

  Question d’actualité  

Dès l’acquisition par notre gouvernement d’un avion présidentiel un opérateur économique a déclaré sur plusieurs chaînes de télévision que l’opération n’a rien coûté à l’Etat béninois et qu’il serait une conséquence heureuse des relations amicales personnelles du Général Mathieu Kérékou précédemment Président de la République.

1. Le gouvernement est invité à dire à la représentation nationale si ces déclarations sont fondées ou pas.

2. Cet avion est-il vraiment une propriété de la Nation béninoise ? Par ailleurs les autorités gouvernementales ont affirmé qu’il y a eu des aménagements et réparations pour permettre à l’appareil volant d’avoir les commodités dignes d’un avion présidentiel.

3. La représentation nationale souhaite savoir le coût desdits aménagements et réparations. Depuis environ quatre (04) mois l’avion présidentiel a disparu de la circulation. Il n’est ni stationné à l’Aéroport Bernardin Cardinal Gantin, ni ne sert aux déplacements internationaux du Chef de l’Etat.

4. Pourquoi ?

5. Où se trouve exactement en ce moment l’avion présidentiel ?

6. Cet avion est-il réellement en état de marche ?

Et pourquoi ne l’utilise-t-on pas ?



05/04/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 122 autres membres