L'EVEIL DE L'AFRIQUE

Zocli à propos de la nomination d’une Commission spéciale transitoire à la Ccib :« C’est un coup d’Etat du gouvernement »

19 janvier 2012


Le président de la Commission spéciale transitoire de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib), Pierre d’Alcantara Zocli semble ne pas encore appréhender la mission assignée à son équipe. Il a en effet déclaré le 13 janvier 2012 à l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux au sein de la chambre consulaire que la nomination de la Commission spéciale transitoire reste un coup d’Etat du gouvernement. Des propos qui ont laissé perplexes plus d’uns.


C’est un moment solennel que le président de la Commission transitoire de la Ccib a choisi pour dire tout ce qu’il pensait réellement de la Chambre consulaire. Le 13 janvier 2012, alors qu’il recevait les vœux de son personnel, Pierre d’Alcantara Zocli a lâché publiquement : « Depuis plus de 50 ans, l’Etat béninois fait des coups d’Etat au niveau de la Chambre de commerce. Mais des coups d’Etat orchestrés par les hommes d’affaires eux-mêmes parce qu’ils veulent tricher pour gagner les élections consulaires ». Il met ainsi non seulement en cause la responsabilité du gouvernement qui violerait les normes établies en matière de gestion d’une telle structure mais met aussi en difficulté le ministre du Commerce qui l’a proposé à ce poste tant convoité. Pierre d’Alcantara Zocli semble avoir par ailleurs avoir insulté l’intelligence du personnel de la Ccib et du monde national des affaires. Ils manqueraient à en croire ses propos de ressources humaines de qualité. Il n’existerait selon lui aucune compétence dans ce milieu pour mener de grands débats sur l’économie : « Aujourd’hui on parle de Pvi (Programme de vérification des importations, Ndlr), on parle d’autres thématiques. Combien de cadres de la Ccib sont en mesure de développer ces thématiques valablement devant la Nation, valablement devant l’Etat, lors des grandes réunions, des grands débats sur les vrais problèmes de ce pays ? Non on n’est pas présent ». Et toujours pour démontrer son mépris pour les acteurs économiques, il ajoute : « Le président Ataou, c’est mon jeune frère. Quand nous organisons les Journées d’entreprises, et qu’on allait chercher les chefs d’entreprises mais on en trouvait pas. On ne trouvait pas les chefs d’entreprises dignes de ce nom. On trouvait des banabanas ». Pis, alors qu’il est censé doter la Ccib de nouveaux textes et réussir l’organisation de nouvelles élections, Pierre d’Alcantara Zocli s’est ouvertement montré peu légaliste le 13 janvier dernier. « Je ne connais pas les procédures, c’est ma manière de fonctionner. Ce qui m’intéresse c’est le résultat. Parce que c’est ce que j’ai qui constitue la matière première et qui me permet d’atteindre d’autres résultats », a-t-il affirmé. Toute chose qui montre qu’on lui a forcé la main pour prendre les rênes de cette institution au rôle capital dans la consolidation de l’économie nationale. Et il l’a confirmé lui-même : « Le 9 décembre 2011, j’étais dans un restaurant à 21 heures avec l’administrateur du Bureau international du travail (Bit). On était ensemble quand une personnalité m’a appelé au téléphone me faisant comprendre que tout à l’heure j’aurai deux propositions. On va me proposer d’être le président du bureau de la transition de la Ccib. A peine la personne a raccroché, un membre du gouvernement m’a appelé par rapport au même sujet. Après c’est un autre qui m’appelle. Le 13 décembre dernier, j’étais parti à Abomey pour secourir un parent quand on m’a encore appelé pour me dire qu’on allait être installé le lendemain à 19h30. Le temps de dire que j’étais à Abomey, on m’a dit de tout faire pour être présent. Le 14 j’étais là mais en retard. On a eu la réunion à 21h30 en présence de Madame le ministre. Voilà comment je suis arrivé à la tête de la Commission transitoire ». Et très peu engagé dans sa mission, Pierre d’Alcantara Zocli installé depuis le 09 décembre ne dispose pas encore de feuille de route. Une incapacité qui ajoutée aux propos sus cités, annonce à vraisemblablement l’échec de la transition. .

AT



19/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 122 autres membres