L'EVEIL DE L'AFRIQUE

Tous ensemble pour le MOUVEMENT PANAFRICAIN DES JEUNES D'AFRIQUE ET DE LA DIASPORA

Tous ensemble pour  le MOUVEMENT PANAFRICAIN DES JEUNES D'AFRIQUE ET DE LA DIASPORA

Les indépendances Africaines des années 1960 sont en réalité comme un iceberg. Vous avez 10% de face émergée, reflétant la pensée collective du peuple occidental. L’occident, meilleur ami de l’Afrique, pays des droits de l’homme, des libertés d’expressions, immaculées, toutes blanches; toujours prête à tendre la main aux pauvres africains qui sombrent dans la misère et les guerres tribales. Pauvre Afrique!

La partie immergée de l’iceberg de 90% , les tenants et les aboutissants des relations politiques avec les pays africains, est extrêmement nocive. Après la proclamation de l’indépendance des anciennes colonies d’Afrique, des réseaux politiciens ont assuré la continuité du pillage du continent noir. Des mercenaires et autres escadrons de la mort procèdent à l’élimination des intellectuels indépendantistes africains : Thomas Sankara, Mehdi Ben Barka, Patrice Lumumba, Ruben Um Nyobé, Sylvanos Olympus, Outel Bono… , au profit notamment des hommes de pouvoir plaçant des dictateurs corrompus à la tête des États nouvellement indépendants. Et ce à l’insu du peuple occidental qui les ont élus.

Un demi-siècle après, une lueur d’espoir semble apparaître en France.

Pendant la campagne des élections présidentielles en 2007, le candidat Nicolas Sarkozy, multiplie les annonces de rupture avec la politique africaine de ses prédécesseurs, dénonçant le soutien aux dictatures, la diplomatie secrète, le clientélisme, ou encore les détournements de l’aide au développement.

Erratum, le discours du président est un leurre!

Au regard des actes posés depuis sa prise de fonction à l’Élysée, le président français n’a pas tenu ses promesses : perpétuation de relations clientélistes, discours existentialiste de Dakar sur « l’ homme africain», soutien à des dictateurs, défense de l’affairisme français, intervention militaire au Tchad, rôle joué par certains émissaires officieux, la politique africaine de Nico s’inscrit plus dans la continuité que dans la rupture. Elle est même une perpétuation de la politique néo-coloniale que chaque président français a poursuivi depuis les « Indépendances » africaines.

Le combat continu.

Nous constatons aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies, une mobilisation accrue des âmes unies d’Afrique. Une nouvelle indépendance semble naitre : l’indépendance des consciences africaines.

De Kinshasa à Tunis, de Douala à Antananarivo, d’Alger à Abidjan, la jeunesse africaine s’indigne à travers les réseaux sociaux, et dénoncent haut et fort, la prestidigitation des acteurs du haut banditisme politique qui détruisent les peuples africains.

 

Si toi aussi tu souhaites dénoncer l’exploitation des richesses minières, agricoles et l’appauvrissement culturel, démographique et intellectuel de l’Afrique:

Rejoins le Mouvement Panafricain des Jeunes d'Afrique et de la Diaspora. Adhère à ce groupe, partage ta sensibilité et mobilise-toi contre la gabegie subite au berceau de l’humanité.

En écrivant au mopjad@yahoo.fr

Car le site est en construction

LE Président

BADIROU Mahfouz



21/02/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres