L'EVEIL DE L'AFRIQUE

Sommet Afrique-France à Nice: Les vrais problèmes de l’Afrique seront-ils traités

Sommet Afrique-France, ce plus grand rassemblement des leaders africains à la rencontre de puissances du Nord devrait être le lieu d’un langage franc où l’Afrique d’une voix mettrait sur la table ses vrais soucis qui ne sont pas cachés. A commencer par ces navires qui chavirent en pleine mer, lors des traversées incertaines vers le Nord de rêve, ces bras valides, ces « Kinta Kinté » qui décident d’eux mêmes d’abandonner les siens pour aller à la recherche d’un hypothétique « maître » et qui trépassent dans le vaste Sahara abandonnés par les « passeurs ». D’autres qui nous reviennent enchainés des mains et des pieds, battus et emprisonnés avant d’être jetés dans les charters. Ce départ malgré tout est en soi l’expression d’une histoire de pauvreté du continent noir, c’est l’histoire d’une partie du monde dont les richesses énormes ne servent pas ses enfants et où se développent la corruption et l’injustice.

Les conclusions d’un panel international dirigé par Kofi Annan ne pouvaient tomber mieux qu’à une veille de rencontre d’un sommet Afrique-France. Ledit panel comprenait l’ancien président du Nigeria Olusegun Obasanjo et le directeur de Transparency International Peter Eigen. Il a estimé mardi dernier en Afrique du Sud que « le sous-développement de l’Afrique dépendait plus de l’absence de volonté de ses dirigeants que d’un problème de ressources ».

Aujourd’hui, l’Afrique a devant elle une France frappée aussi par la crise financière qui ne saurait véritablement perpétuer une relation providentielle avec ses alliés comme d’habitude. Evoluera –t-on de plus en plus vers un sommet Afrique-Europe, plutôt qu’Afrique France?                                 

En effet la question de financement de l’Afrique ne peut avoir une réponse à la satisfaction des Africains. Les maux sont multiples : sècheresse, insécurité, analphabétisme, mal gouvernance. Ce qui amène d’ailleurs nos Etats à prêter une oreille attentive à des propositions autres que celle de la France, comme celles des Amériques ou d’Asie.

La France ne peut reste indifférente face à la question de sécurité dans l’espace sahélo saharien, car ce n’est plus le problème que des Africains, mais aussi de toute l’Europe.

Le cas récent de l’otage français Pierre Camate fait école. Cette affaire a certes permis à la France de tordre le bras à ATT pour libérer les otages, même si le président malien continue sa volte face à la proposition française d’un accord bilatéral de non admission. L’Affaire Camate qui a valu à Nicolas Sarkozy de venir chez ATT et ramener l’ex otage français, vaudra certainement à ATT une reconnaissance de la France pour avoir accepté des concessions lui coûtant deux ruptures (avec l’Algérie et la Mauritanie). Alors c’est une France qui attendra le Président malien à bras ouverts.



23/08/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres