MOPJAD Infos

RD Congo - Kinshasa, Produits surgelés: Le dilemme des consommateurs kinois

 

 

RD Congo - Kinshas, acapitale de la République démocratique du Congo, est une ville à plusieurs facettes. Avec plus de six millions d'habitants dont la plupart sont au chômage, mal payés, sous-payés ou tout simplement des débrouillards, Kinshasa reste la métropole où il fait beau vivre.

Ainsi, dès le matin, de nombreux Kinois se mettent au travail, dans le secteur formel ou dans l'informel, l'essentiel, c'est d'attraper le pain quotidien pour la famille. Dans ce cadre de la débrouille, plusieurs familles ont décidé de transformer leurs frigos et congélateurs en mini-chambres froides.

Que trouve-t-on dans ces congélateurs ? Faites le tour de la majorité d'entre eux, vous me donnerez raison. Souvent les noms des produits congelés commencent par la lettre " M ".

C'est vrai. " M " comme Makoso (pieds de porc), Mabumu (tripes), Malwa et Mpiodi (chinchards), Mbanga (mâchoires de vache), Mongusu (poisson), Mipanzi (Cotis de porc), Mapapu (ailes), Mikongo (dos de poule), Mikila (queue de porc ou de vache), Motema (foie de vache), Makolo ya soso (pattes de poulet), etc.

Tous ces produits sont importés pour la consommation des Congolais. Quant à savoir pourquoi les importateurs font venir dans notre pays les produits comme les pieds de porc, les tripes et autres pieds de poule pour nourrir la population congolaise, j'estime que seul le gouvernement peut autoriser ou interdire l'entrée de différents produits d'importation sur le territoire national.

Il est vrai que, dans certains pays, ces " M " ne sont pas tous consommables par les habitants. Parce que certains sont jetés purement et simplement à la poubelle et d'autres réservés à la consommation animale.

Manger ou pas les "M " ne pose pas de problèmes, dans la mesure où l'expérience montre que, jusque là, ces produits n'ont tué personne. Il est question, ici, de la dignité et du respect pour le peuple congolais.

Car la RD Congo, dont les potentialités ne sont pas négligeables et dont le peuple est réputé travailleur, ne doit pas voir l'honneur de son peuple souillé et des millions de dollars américains et d'euros engloutis dans l'importation des pieds de porc et des tripes.

Ce sont des aliments que l'on peut facilement trouver dans le pays si l'Etat pouvait prendre en main le problème de l'alimentation de son peuple en développant notamment l'agriculture, l'élevage et la pêche.

LE FORMOL ET LA CONSERVATION DES PRODUITS CONGELES

De nos jours, les rumeurs les plus folles courent à travers le pays d'une manière générale et dans la ville de Kinshasa en particulier, faisant état de l'utilisation du formol, une solution chimique, afin de conserver longtemps les produits destinés à l'importation. Certains de nos compatriotes refusent catégoriquement de manger des vivres frais importés parce qu'ils contiennent du formol.

C'est la peur qui serait à la base de ces rumeurs dans la mesure où l'on se réfère au formol utilisé pour embaumer les personnes décédées. Lorsqu'on fait allusion à cela on a la nausée.

Il ne devient plus possible de manger le chinchard ou de la viande de boeuf importée. Mais la réalité est ailleurs, d'après les chimistes et les nutritionnistes que nous avons contactés. Ils soulignent que la quantité de formol utilisée pour la conservation des vivres frais est dosée et contrôlée.

Pour eux, il y a peut-être plus de peur que de mal. Ce qui est vrai, pensent-ils, c'est d'améliorer la qualité de nos repas en les diversifiant parce que l'excès nuit. Il ne faut pas se nourrir uniquement de la viande importée, mais aussi des légumes et des fruits de chez nous afin d'avoir un repas complet.

Par Stephane Etinga



17/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 123 autres membres