L'EVEIL DE L'AFRIQUE

Prise de décisions au sein de l’Union fait la Nation:Quelle place pour Houngbédji ?

 

Depuis la fin du feuilleton électoral de mars 2011, l’Union fait la nation cherche ses marques sur l’échiquier politique national. Fragilisée par de nombreux départs, elle doit compter sur le Prd pour sa solidité. Seulement, on se demande si son candidat malheureux et président du Parti du renouveau démocratique (Prd), Me Adrien Houngbédji, aujourd’hui sans aucun titre politique national, a encore des marges pour influencer les décisions de l’inter-groupe.


Me Adrien Houngbédji et le Parti du renouveau démocratique (Prd) sont-ils encore dans la philosophie de l’Union fait la Nation ? Apparemment oui, puisque le Prd est solidaire de toutes les décisions prises par l’"Un" à l’Assemblée nationale et sur l’échiquier politique national. Mais, dans le fond, un vrai problème se pose. Et, les récents développements de l’actualité politique nationale confirment bien qu’il y a un malaise profond entre le Prd et la coalition. De sources généralement bien informées, Me Adrien Houngbédji n’est plus en parfaite synergie avec les ténors de l’Un. Autrement dit, il n’est plus associé à certaines prises de décisions. Ainsi, dans les coulisses du Prd, on apprend qu’il a exprimé son mécontentement aux responsables de sections du Prd de la capitale économique du pays. C’était lors de la récente cérémonie de présentation de vœux à son domicile à Cotonou par ses militants. Le sujet qui l’a le plus choqué, selon certaines indiscrétions, pose un problème de considération des leaders de l’"Un" à son égard, quand ils ont été reçus au Palais de la République par le chef de l’Etat. « Quand j’étais à Paris, c’est par un message sur mon portable que j’ai appris que le président Yayi Boni veut recevoir les responsables de l’Un. Deux heures après, on m’informe qu’on vient d’être reçu par le chef de l’Etat... », a-t-il fait savoir à ses militants avec amertume. Ce qu’il considère comme une mise à l’écart qu’il approuve pas. Les prises de décisions au sein de cette grande famille politique, après son échec à la dernière élection présidentielle ne semblent pas trop rassurantes pour lui. Ainsi, les conséquences de ce malaise sont palpables sur le terrain. De plus en plus, on évoque au Prd, l’idée de faire cavalier seul aux prochaines élections municipales et communales. Lors de l’émission ‘’Cartes sur table’’ sur la radio ‘’Océan Fm’’ du dimanche 15 janvier 2012, le porte-parole du groupe parlementaire-Prd, Charlemagne Hounfo, a défendu cette logique, quand bien même il soutient que cela n’aura aucune incidence grave sur l’avenir de l’Union fait la Nation. Or, en réalité, si les choses se passaient ainsi, ce serait sans nul doute la mort lente mais sûre de ce groupe politique. En effet, aller aux élections en rangs dispersés n’a jamais fait le bonheur d’une formation politique. Pour aller plus loin dans cette démonstration, la recomposition politique à la veille de chaque présidentielle au Bénin est un fait majeur qui pourrait précipiter l’"Un" dans sa tombe. Pour preuve, la création du groupe parlementaire Prd n’est pas un effet de hasard, même si cette idée germait dans les esprits au lendemain des législatives. Tout montre clairement que l’"Un" est en difficulté, quand bien même bien elle se débat et affiche une apparente cohésion pour résister aux tempêtes.

Fin programmée

Cette tournure des événements au sein de l’Union fait la Nation était prévisible. Les observateurs avertis avaient vu en ce rassemblement de forces hétéroclites, une coalition de circonstance pour atteindre un but donné et disparaître par la suite. A un moment donné de l’histoire politique nationale, des partis politiques qui se croisent le fer tiraillaient sur le terrain depuis plus de 20 ans, ont identifié leur ennemi commun : l’actuel président de la République, Yayi Boni. Ils ont dû mettre au placard leurs ressentiments du passé pour former une coalition politique contre le régime du Changement devenu par la suite celui de la Refondation. Après leur échec retentissant à l’élection présidentielle de 2011, le langage de l’unité, a déserté le forum en leur propre sein. C’est la Renaissance du Bénin qui a très tôt pris ses distances puis a rejoint la mouvance au pouvoir. Les autres composantes continuent l’aventure vaille que vaille. Mais, l’idée du Prd de faire cavalier seul peut conduire les autres partis à définir d’autres stratégies. En tout état de cause, les chances de survie de l’Un sont aujourd’hui très réduites.

J.M



18/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres