L'EVEIL DE L'AFRIQUE

Message de vœux du nouvel an 2011 de son Excellence Docteur Boni YAYI, Président de la République

Béninoises, Béninois,

Mes Chers compatriotes,

Dans quelques heures, nous allons accueillir l’année 2011 dans la joie, l’allégresse, l’espoir et l’espérance. 

En cette heureuse occasion, mes premiers mots vont à l’endroit du Père Céleste à qui je rends grâce en votre nom à tous, pour ses multiples bienfaits à l’endroit de notre cher pays le Bénin. Je l’implore au nom de la Nation béninoise afin qu’il continue de répandre sur nous ses abondantes bénédictions au cours de la nouvelle année.

Mes chers compatriotes,

L’année 2010 restera mémorable dans nos esprits parce qu’elle a consacré les cinquante premières années de l’indépendance de notre pays. Sans fausse modestie, reconnaissons qu’au cours de cette expérience d’une cinquantaine d’années, beaucoup d’obstacles ont entravé notre marche vers le progrès et beaucoup de défis ont été relevés. Mais force est de reconnaître que le chemin à parcourir vers le Benin de nos rêves que nous appelons de tous nos vœux est encore parsemé d’embûches que nous ne pouvons surmonter que dans l’unité nationale, la cohésion sociale, la paix, l’acception de l’autre, l’amour de la patrie ainsi qu’une meilleure gouvernance politique, économique et sociale.

En cette période de fête, j’ai une pensée particulière pour nos compatriotes qui nous ont quittés, pour les victimes des inondations et ceux qui luttent contre la maladie, la solitude ou toutes autres formes de souffrance. Que Dieu Tout Puissant leur accorde réconfort et guérison.

Mes profondes pensées vont également à l’endroit de nos forces de défense et de sécurité qui opèrent sur le territoire national ou qui sont en mission à l’étranger dans le cadre des opérations de maintien de la paix sous l’encadrement de l’Organisation des Nations Unies ou de l’Union Africaine.

De même, comment ne pas me souvenir en cette veille de l’année nouvelle de nos amis diplomates représentant les Etats et les organisations internationales au Bénin ? Je leur renouvelle mes amitiés pour leur engagement constant auprès de notre peuple et pour leurs appuis multiples et multiformes à nos efforts de développement.

J’ai aussi à cœur nos frères et sœurs de la diaspora qui, en ces moments de fête, sont en communion avec la mère Patrie.

A tous nos amis qui vivent et travaillent sur notre territoire, je vous demande de vous sentir comme chez vous et vous souhaite succès et prospérité dans vos activités.

Mes Chers Compatriotes,

Au cours de l’année 2010 dont nous passons les ultimes instants, notre pays, à l’instar des autres pays de la planète, a évolué dans un contexte fortement marqué par la crise économique et financière que vit le monde. Le rythme de croissance de l’économie nationale a de ce fait connu un recul considérable. Toutefois, les équilibres macro-économiques n’ont tout de même pas été ébranlés dans leurs fondements essentiels.

Pour faire face à cette crise, mon gouvernement a poursuivi les réformes structurelles consacrant ainsi le désengagement de l’Etat du capital d’un certain nombre d’entreprises publiques et de sociétés d’économie mixte. Ces réformes permettent de favoriser la compétitivité globale de l’économie, des secteurs productifs et de relancer la croissance économique sur une base saine et durable.

C’est dans cette logique que mon gouvernement a décidé de conclure un programme avec le Fonds Monétaire International pour la période de 2011 - 2015. Toutes ces actions ont pour finalité de sauvegarder les acquis de nos efforts dans le cadre de l’assainissement des Finances Publiques et de préserver le pouvoir d’achat des travailleurs et des couches sociales les plus vulnérables.

Béninoises, Béninois,

Ainsi que je l’ai évoqué, le 30 décembre 2010, à l’Assemblée Nationale dans mon message sur l’état de la nation, l’année qui s’achève a été également marquée par l’affaire de placement illégal d’argent appelée affaire ICC Services et consorts. Les conséquences de cette duperie ont été catastrophiques pour l’épargne nationale et surtout pour nos compatriotes qui se sont laissés abuser par des marchands d’illusions.

A cet effet, l’Etat est vraiment décidé, en sa qualité de garant de l’ordre public et dans son rôle de facilitateur à retourner l’argent escroqué à leurs propriétaires et ce processus ne pèsera en aucune manière sur les fonds publics.

Je voudrais rassurer les nombreux épargnants qui ont été victimes de cette escroquerie qu’ils rentreront progressivement dans leurs fonds, comme c’est déjà le cas, avec le concours de la justice en qui je renouvelle ma confiance pour l’aboutissement diligent et heureux des procédures judiciaires en cours.

Mes Chers Compatriotes,

Dans 3 mois, je serai au terme du mandat que vous m’avez confié pour présider à la destinée de notre chère nation. Je vous renouvelle ma profonde gratitude pour la confiance que vous avez placée en moi depuis cette date mémorable du 06 avril 2006.

Loin de faire le bilan dudit quinquennat qui s’achève, je puis vous dire que dans la mise en œuvre des engagements contenus dans mon projet de société, les réformes engagées ont certainement produit, sauf erreur de ma part, quelques résultats assez significatifs dans les domaines de l’assainissement des finances publiques, des infrastructures énergétiques et routières, des télécommunications, de l’économie portuaire et des transports.

Ces résultats se lisent également à travers la gratuité des inscriptions au niveau de la maternelle et du primaire, de l’exonération progressive des frais d’inscription dans le secondaire et le supérieur, du recrutement des enseignants au niveau des trois ordres d’enseignement, de la revalorisation de la fonction enseignante ainsi que de la révision des statuts des enseignants du supérieur.

D’autres mesures importantes concernent notamment la gratuité de la césarienne au profit de nos chères mamans, le renforcement des infrastructures sanitaires, la mécanisation progressive de l’agriculture et la reprise de l’encadrement du monde rural, les dotations de fonds d’investissement aux communes pour promouvoir le développement local, la poursuite de l’autonomisation des femmes à travers les fonds de micro-crédit, l’amélioration des conditions de vie de l’ensemble des travailleurs et j’en passe.

Mais ces résultats positifs restent toutefois modestes face aux nombreux défis que notre peuple doit encore relever pour éradiquer la pauvreté et l’analphabétisme qui réduisent les capacités de production de nos braves populations.

Les défis à relever ne sauraient émousser notre détermination et notre engagement à poursuivre notre combat pour faire du Bénin un pays véritablement émergent.

C’est pourquoi, nous ne devons pas nous décourager devant l’ampleur des tâches qui nous interpellent ; mais au contraire nous devons nous mettre au travail et garder l’espoir en comptant sur le génie de notre peuple.

Béninoises, Béninois,

En 2011, notre peuple aura à élire son nouveau Président et ses représentants à l’Assemblée Nationale. Je vous confirme une fois de plus que tout sera mis en œuvre à mon niveau pour que le calendrier électoral soit scrupuleusement tenu conformément aux dispositions de notre loi électorale car pour moi, je vous le répète encore, le mandat que vous m’avez confié prend fin le 5 avril 2011 à minuit. Je me tiens devant vous avec un sentiment d’humilité mais aussi de responsabilité pour vous demander d’œuvrer pour faire en sorte que ces élections se déroulent dans la transparence totale, dans la joie et la paix. Ces élections, les 12ème et 13ème de l’aire du renouveau démocratique, doivent consacrer le renforcement de notre démocratie et confirmer l’image de paix, de dialogue et de tolérance qui a toujours caractérisé notre pays.

Voilà pourquoi, mon gouvernement, depuis le 23 novembre 2009, date du lancement officiel des opérations du Recensement Electoral National Approfondi, œuvre inlassablement avec l’appui de la Communauté Internationale et des Forces Vives de la Nation pour l’aboutissement de l’établissement de la Liste Electorale Permanente Informatisée (LEPI) afin de corriger une des faiblesses les plus récurrentes de notre système électoral et d’épargner à notre pays des turbulences qui naissent souvent des contestations post électorales.

Je le réaffirme une fois encore, la LEPI n’appartient ni à la majorité présidentielle, ni à l’opposition ; elle est un instrument technique de transparence de nos élections et un outil de développement par excellence. Cette LEPI a bénéficié, vous le savez bien, de l’encadrement, de l’expertise et du financement de la communauté internationale. Elle doit donc être considérée comme un patrimoine national. Je vous assure que mon gouvernement fera tout ce qui est de son pouvoir pour maintenir au cours de cette période sensible, la tranquillité et la paix indispensables pour poursuivre le chemin de notre peuple vers le bien être social, le progrès économique et la prospérité partagée.

Je reste persuadé que le peuple béninois uni saura tirer une fois encore en lui-même la force, l’intelligence et le courage nécessaires pour relever ce défi qui s’impose à notre génération.

Mes chers Compatriotes,

Dans ce monde de plus en plus caractérisé par la perte inquiétante de l’éthique et des valeurs morales qui ont toujours fondé notre société, notre nation est interpellée. C’est pourquoi, lors de mon discours, le 31 juillet 2010, à l’occasion de notre fête nationale à Porto-Novo, j’en appelais à la refondation de notre chère République. Il s’agit en effet de ne pas manifester une indifférence face à une crise des valeurs sans précédent dans l’histoire de notre peuple.

Je réitère donc mon soutien à l’idée d’organisation, le moment venu, d’un forum au cours duquel nous définirons ensemble et de manière consensuelle de nouvelles orientations pour remettre notre cher pays sur les rails d’un développement humain responsable, d’une croissance économique et d’une nouvelle éthique sociale soutenue par la piété car une Nation qui tourne dos à Dieu, court à sa ruine.

Mes chers Compatriotes,

C’est là sans doute le nouveau départ qu’il nous faudra prendre maintenant que nous entrons avec la nouvelle année dans le cycle du prochain cinquantenaire. Ayons le courage et l’honnêteté de reconnaître qu’il nous faut une remise en cause de nos pratiques de gouvernance qu’elle soit politique, qu’elle soit économique, qu’elle soit sociale, pour une meilleure prise en compte de la gestion de notre pays avec la responsabilisation de notre jeunesse intéressée au premier chef dans cette entreprise de refondation de notre République. C’est se fondant sur ces valeurs d’éthique, ces valeurs morales, ces valeurs citoyennes que les jeunes générations conduiront à coup sûr le bateau Bénin vers des perspectives plus porteuses et plus heureuses.

Mes chers Compatriotes,

Je le dis bien, l’heure est venue de rebâtir notre chère patrie sur la base de la remise en cause totale de ce système que nous continuons de mettre en place alors qu’il produit plus de pauvreté que de richesse, alors qu’il ne règle pas le problème de déficit entre la croissance démographique et la création des richesses ; alors qu’il accroit la vulnérabilité de notre pays et de notre économie pénalisant de ce fait les jeunes et les femmes.

C’est le moment de rebâtir notre République sur la base de nouveaux hommes et fonder notre espoir sur notre culture, nos valeurs et notre jeunesse, pilier de nos ressources.

C’est le moment de fonder notre Nation sur des institutions crédibles capables de faire d’elle une Nation qui partage les valeurs du monde libre avec une démocratie consolidée au service de notre peuple parce que capable de l’unir, de le nourrir, de faciliter son accès à l’éducation, de garantir son progrès social.

Enfin, c’est le moment de bâtir une Nation pleine de foi, de piété en Dieu ; une Nation disposée à regarder à tout moment, la face du Créateur. Car pour ce dernier, si son peuple s’humilie, prie et cherche sa face, Il l’exaucera, Il lui pardonnera et épargnera son pays de tout malheur.

C’est nourri de cet espoir que je présente du fond de mon cœur à chacune et à chacun de vous, à vos familles respectives ainsi qu’à notre peuple tout entier, mes chaleureux vœux de robuste santé, de paix, de bonheur et de prospérité pour l’année 2011.

Bonne et heureuse année 2011 !

Que Dieu bénisse le Bénin !

Vive la République !

Je vous remercie.



03/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres