L'EVEIL DE L'AFRIQUE

Le pillage du Sénégal

Macky Sall hérite d’un pays dans une situation économique catastrophique

 

Lors de son accession à la magistrature suprême en 2000, Abdoulaye Wade s’était réjoui d’hériter de 200 milliards de FCFA (environ 300 millions d’euros) d’Abdou Diouf dans les caisses du Trésor. Macky Sall ne peut malheureusement pas en dire autant.

« La République pillée », titrait ce vendredi Rewmi Quotidien. Le constat du journal est sans appel : « le défunt régime n’a rien laissé dans les caisses ». Depuis plusieurs jours, la presse sénégalaise se fait l’écho de l’état déplorable dans lequel le président sortant Abdoulaye Wade laisse le pays à son successeur. Et, chaque jour apporte son lot de révélations. « Le Sénégal est dans une situation extrêmement grave » et nécessite un « sursaut national », confirme Mbaye Ndiaye, un lieutenant du nouveau président nommé à l’Intérieur, jeudi à la sortie du premier Conseil des ministres de l’ère Macky Sall.

De l’aveu même du président sortant Abdoulaye Wade, il ne reste plus un sou dans les caisses de l’État. « Si je quitte le pouvoir, deux mois après ce sera la grève des fonctionnaires qui ne seront pas payés », avait averti Abdoulaye Wade à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle en jouant sur les peurs de ses concitoyens pour être réélu. « La campagne menée contre moi a créé une situation qui a chassé les capitaux. Les investisseurs se sont retirés », disait-il, affirmant être le seul à pouvoir les faire revenir. Ses détracteurs soulignent que Wade a dépensé en trois mois la quasi-totalité du budget 2012 de la Présidence, tout comme nombre de ministres l’ont fait dans leurs départements. Les fonds politiques auraient eux été entièrement utilisés pour financer la campagne du président-candidat.

Le Sénégal a un besoin « urgent » de 200 milliards de FCFA pour faire face à une situation « très tendue » de la trésorerie du mois d’avril, explique le porte-parole du gouvernement, Serigne Mbaye Thiam, lors de sa première conférence de presse vendredi après-midi. Amadou Kane, chargé de l’Économie et des Finances, raconte le porte-parole, a tenu à alarmer le Conseil des ministres sur « la situation financière très tendue de l’État, notamment de la trésorerie du mois d’avril où les dépenses seraient de l’ordre de 267, 568 milliards de francs Cfa contre des recettes budgétaires estimées à 118,073 milliards, soit un déficit de trésorerie de 149,492 milliards ».

« Un parc automobile sans automobile et des salons démeublés »

Des dettes donc, rien que des dettes. Mais pire, les dignitaires du régime libéral seraient, selon une expression bien connue, partis comme des voleurs. À la Présidence et dans certains ministères, l’argent s’est évaporé, le mobilier et le matériel informatique ont disparu et les véhicules se sont envolés y compris la fameuse berline noire immatriculée « PR » qu’empruntait Abdoulaye Wade… « Que retiendra-t-on, après son départ du palais présidentiel, sinon des fonds politiques raclés à fond, un parc automobile sans automobile et des salons démeublés ? », s’interroge le journal Le Quotidien. « Cleptomanie ou sabotage planifié au plus haut sommet de l’État ? », va jusqu’à se demander le site d’information Dakaractu.

S’agissant des véhicules volés, Aminata Tall, secrétaire générale de la Présidence, se ferait un malin plaisir de traquer en personne ses anciens camarades du Parti démocratique sénégalais (PDS). « Les personnes ayant acquis, à titre gratuit, des véhicules de la présidence de la République, qu’ils soient immatriculés ou non, sont priées de se présenter auprès du Secrétariat général de la présidence de la République, dans les 72 heures », stipule un communiqué publié vendredi. « Passé ce délai, la présidence de la République se réserve le droit de les faire immobiliser définitivement, et par tout moyen ». La veille, la ministre de la Justice, Aminata Touré, avait également menacé les voleurs de la République. « Je lance un appel à ceux qui détiendraient un bien de l’État, de les restituer aussi vite que possible parce que des enquêtes seront menées et les biens de l’État seront restitués », a-t-elle prévenu, précisant que des objets de valeur ont disparu à la Présidence comme à la résidence du Sénégal à Paris. « À la présidence, il n’y a plus de véhicules au point que le président de la République, lors de son déplacement le week-end dernier, a dû utiliser son véhicule personnel », a-t-elle confiée.

Macky Sall, qui a fait de la réduction du train de vie de l’Etat son cheval de bataille durant la campagne électorale, a d’ores et déjà annoncé une batterie de mesures pour renflouer les caisses. Parmi elles, la suppression des agences « dont la nécessité ne s’impose pas », la vente de l’ancien avion de commandement « la Pointe de Sangomar », l’arrêt des voyages en première classe, l’inventaire des immeubles cédés dans des conditions irrégulières et la suppression des 687 lignes téléphoniques répertoriées à la Présidence. Rien que pour la facture de téléphone, l’ardoise laissée par l’ancienne équipe s’élèverait à 500 millions de FCFA (plus de 760.000 euros).



17/04/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres