L'EVEIL DE L'AFRIQUE

es Biafreries d’Ali : Après le FMI, c’est la BAD qui dit à son tour au Bongo : « Momoh ! Tu as toujours zéro sur 20 »




::Koaci.com Koacinaute::La direction de Koaci.com rappelle qu'un "Koacinaute" n'est pas un membre de l'équipe rédactionnelle du média mais un membre inscrit sur notre site (lien:"inscrit toi" page d'accueil), libre de poster article, débat, vidéo et son une fois un compte crée (accessible à tous) dans la dynamique participative de Koaci.com . http://www.koaci.com/?k=main&koaci=inscris::

Dans le même temps où le FMI, il y a une semaine, fustigeait les biafreries d’Ali dans la gestion des finances et dépenses publiques, la BAD n’est pas restée en reste. Elle a aussi dit au Bongo, le 7 septembre dernier, “Momoh! Tu as toujours zéro sur 20″.

La bouderie de la BAD exprimée sur PANA faisait suite à la sortie musclée, le même 7 septembre, du FMI qui, selon un média gabonais, avait ainsi résumé la situation d’émergence ratée au Gabon:

“Malgré l’importance des recettes pétrolières, le Gabon est [1] confronté à de sérieuses contraintes de trésorerie et de [2] nombreux arriérés de paiement se sont accumulés. Les principales causes identifiées sont les suivantes : un [3] budget irréaliste soumis notamment à la volatilité des prix du pétrole, [4] l’absence de maîtrise de la masse salariale et de l’emploi public, un [5] manque de discipline budgétaire avec de [6] nombreux dépassements de crédits, une certaine [7] confusion entre opérations budgétaires et opérations de trésorerie, [8] l’absence de régulation des dépenses au niveau de l’engagement, et [9] d’importantes carences dans l’enchaînement des exercices avec une [10] clôture et un démarrage tardifs de l’année budgétaire, une [11] budgétisation et un suivi déficients des engagements pluriannuels et [12] l’absence de reports”.

On apprend ainsi de PANA que “La Banque africaine de développement (BAD) n’est pas totalement satisfaite de la manière dont ses projets sont exécutés au Gabon et l’a fait savoir au gouvernement de ce pays à l’issue d’une revue de ses opérations (…) Son représentant-résident au Gabon, Boubacar Sidibé Traoré, a attiré lundi l’attention du gouvernement gabonais sur les dysfonctionnements observés dans l’exécution des projets financés par la BAD.”

Monsieur Sidibé Traoré reproche spécifiquement au Bongo “les longs délais observés dans la ratification et la satisfaction des conditions de mise en oeuvre des projets, ainsi que le non respect des procédures comptables et financières de la banque”, et notamment “tous les problèmes de fond rencontrés ou qui continuent d’entraver la bonne exécution des sept projets de la BAD au Gabon dont le montant avoisine 275 milliards de francs CFA”.

Monsieur Sidibé Traoré a même menacé de “sanctions ou autres suspensions de décaissements” tous les membres du gouvernement gabonais dont les ministères gèrent un ou plusieurs projets ou études de la BAD et trouve pathétique, selon PANA, la sélection des entreprises qui exécutent les projets “sans aucune garantie bancaire pour l’exécution des marchés publics, causant souvent des retards tragiques”.

Et toc! Même la petite BAD, qui a quand même décaissé 275 milliards de CFA pour aider l’émergence à émerger, a quand-même elle aussi osé dire au Bongo que “non, là, c’est non, mmmmh-mmmmh, Momoh, c’est trop. Ah là non, arrête maintenant tes biafreries, Ali. Je n’écoute plus tes affabulations. Tiens, voilà ton zéro sur 20. Maintenant, va avec tes curly-curly couverts de graisse te mettre à genoux dans ton coin là-bas. Cela t’apprendra à émerger.”

Alors, si c’est pas une taloche sur la tête de Michael Jackson raté du Biafre, ça, qu’on m’enlève mon nom.

Dr. Daniel Mengara
Président, Bongo Doit Partir




23/09/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres