L'EVEIL DE L'AFRIQUE

Education nationale : MENACES DE BLOCAGE DES EXAMENS

 

Mardi dernier, les représentants syndicaux et les acteurs impliqués dans l’organisation des divers examens de fin d’année étaient conviés à une séance de travail pour jeter les bases devant permettre une bonne organisation des examens de fin d’année. Malheureusement, cette rencontre a accouché d’une souris.


Dans quelques mois, écoliers, élèves, lycéens et candidats libres iront se mesurer aux différentes épreuves des différents examens de fin d’année. Mais dans l’organisation, des enseignants affichent déjà leur désapprobation quant à un certain nombre de situations. Selon les représentants syndicaux, il n’est pas question que les enseignants participent aux travaux de fin d’année si les autorités en charge de l’organisation des différents examens ne procèdent pas à une augmentation des frais de surveillance, de correction et de secrétariat. A les en croire à la sortie de la séance tenue avec l’administration centrale, on note depuis quelques années une augmentation du nombre de candidats ainsi que celle de centres d’examen. Par conséquent, le gouvernement doit tenir compte de ces réalités pour fixer les différents primes et frais à engager dans l’organisation des divers examens. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils n’ont pas hésité à dire leurs quatre vérités aux émissaires du pouvoir.

Malheureusement, jusqu’à la fin de la rencontre, ces différentes délégations n’ont pas accordé leurs violons. En attendant la suite des discussions, la position des travailleurs est claire. Il n’est pas question de participer aux travaux de quelque examen que ce soit si le régime en place ne procède pas à une augmentation des primes et frais de ceux qui en auront la charge. On attend donc la reprise du dialogue pour voir s’il y aura un consensus autour desdites primes. De toutes les façons, les écoliers, élèves et lycéens du Bénin ne méritent pas qu’à la fin de l’année qu’on les empêche d’aller à l’examen et dans bonnes conditions. Surtout que nous sommes sous le régime de la refondation qui fait de l’éducation, la priorité de ses priorités. Prince BOCO

L’Autre Fraternité



19/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres