L'EVEIL DE L'AFRIQUE

Crise ivoirienne : la CPI enquête sur de possibles charniers dans l`ouest

 



Crimes
© Abidjan.net par EMMA
Crimes commis pendant la période post-électorale : Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno Ocampo à Abidjan
Samedi 15 octobre 2011. Abidjan. À l’hôtel Tiama (Plateau). Le Procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno-Ocampo a rencontré la presse nationale et internationale.





La Cour pénale internationale (CPI) enquête
sur de possibles charniers à Duékoué, localité de l`ouest de la Côte d`Ivoire
qui fut le théâtre de tueries pendant les violences postélectorales de
décembre 2010-avril 2011, a déclaré mercredi à Abidjan la CPI.
Une équipe de la Cour conduite par un médecin légiste "a été envoyée par le
procureur" Luis Moreno-Ocampo pour "confirmer la présence de charniers dans la
localité de Duékoué", a déclaré Amady Ba, chargé de la coopération
internationale à la CPI, au cours d`une conférence de presse à Abidjan.
Grâce notamment à un drone, les enquêteurs ont pu identifier des "charniers
possibles, probables ou quasi certains", a-t-il poursuivi.
Des centaines de personnes avaient été tuées fin mars 2011 à Duékoué à
l`occasion de la prise de la ville par les forces soutenant le président
Alassane Ouattara, installé au pouvoir en avril après la chute de l`ex-chef de
l`Etat Laurent Gbagbo, qui refusait de céder le pouvoir après le scrutin de
novembre 2010.
Des ONG internationales ont mis en cause les forces soutenant M. Ouattara
dans ces crimes.
La crise de décembre 2010-avril 2011 a fait quelque 3.000 morts, dont un
millier dans la région selon l`ONU.
"Dès que nous aurons recueilli suffisamment d`éléments démontrant que telle
ou telle personne a commis ces crimes, nous les présenterons aux juges" pour
un éventuel mandat d`arrêt, a insisté Amady Ba.
Le bureau du procureur "engagera des poursuites quelle que soit
l`appartenace politique des suspects concernés", "aucun camp ne sera épargné",
a-t-il réaffirmé.
Les juges de la CPI ont autorisé fin février M. Ocampo à étendre ses
enquêtes aux crimes commis depuis le putsch avorté de 2002 contre M. Gbagbo.
L`ex-président est incarcéré depuis le 30 novembre 2011 à La Haye par la
Cour, qui le soupçonne d`être "coauteur indirect" de crimes contre l`humanité
commis par ses forces pendant la récente crise.

 



15/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres